×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 64

2e92988dbec2b1abb00dd3b45a19ae4a.jpg

1970 : Ken Loach "Kes he Cannes"

Date de publication : 18/05/2011 - 10:43

Spécial 50e édition Semaine de la critique : chaque jour, un réalisateur ou une réalisatrice se souvient du film qui l'a révélé à la Semaine de la critique.

Le film terminé, les producteurs ne savaient pas quoi en faire. Ils l’ont montré à des Américains qui ont trouvé que le hongrois était plus compréhensible que la langue parlée à l’écran. Tourné dans le nord de l’Angleterre, il s’agit d’un ancien dialecte typique du coin. Mais n’étant pas de la région, ils ne comprenaient pas trop. Ne sachant donc pas quoi faire du film, les producteurs décident de le montrer dans une ville minière près du lieu de tournage, à Doncaster. C’est le seul film à y avoir eu une avant-première. Le député local était présent, plutôt conservateur alors que nous étions connotés à gauche. Il s’ensuivit une dispute politique pour je ne sais quelle raison typique de l’époque.

Et puis, la Semaine a été très aimable de le sélectionner... J’ai peu de souvenirs de Cannes. Nous étions avec un autre groupe de producteurs anglais et nous avons été pris de haut, à notre grand déplaisir, par des personnalités du cinéma britannique. Ils nous considéraient comme de jeunes présomptueux ne sachant pas du tout ce qu’ils faisaient, une attitude qui a eu le don de nous mettre en colère. Mais l’accueil du film fut très chaleureux. Nous étions émerveillés et très reconnaissants d’être là.

Kes fut ensuite programmé dans d’autres festivals, avant d’être montré à l’Académie du cinéma, le cinéma le plus prestigieux de Londres.Sorti dans un nombre limité de salles, il est, en fait, resté à l’affiche assez longtemps. Mais la carrière qui
en a découlé est due principalement, et évidemment, à sa présence à la Semaine de la critique à Cannes.

Guillaume FRAT
© crédit photo : Jacques Bourguet


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici


Recevez nos alertes email gratuites

s'inscrire