Cinéma

Congrès FNCF 2015 - Henri Ernst : "La carrière du 'Bon Dieu', le rêve de tout distributeur"

Date de publication : 01/10/2015 - 08:35

UGC Distribution recevra, ce jeudi 1er octobre, le Ticket d’or 2015 récompensant le plus gros succès de l’année 2014 au box-office français, à savoir Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? de Philippe de Chauveron. Trois questions à Henri Ernst, directeur de la distribution chez UGC.

Quel regard portez-vous sur la carrière en salle de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?, qui vous vaut de recevoir le Ticket d’or cette année au Congrès de la FNCF ?

Avec 12,36 millions de spectateurs, le film a connu une carrière exceptionnelle : c’est le 7e plus gros succès français de tous les temps. C’est comme si on avait rempli 249 stades du Parc des Princes… Cela donne presque le vertige ! Mais un vertige ultrapositif car c’est le rêve de tout distributeur d’avoir la chance d’être associé à ce genre d’aventure. Au final, ce succès récompense le talent et le travail d’une équipe de production autour de Romain Rojtman et Philippe de Chauveron, mais aussi notre contribution de distributeur ! Nous attendons une suite avec impatience…

Vous accompagnez son réalisateur, Philippe de Chauveron, depuis ses débuts sur grand écran. Avez-vous quelques détails à communiquer sur son prochain projet ?

Pas de repos pour Philippe ! Après avoir bouclé la tournée internationale du Bon Dieu (le film a aussi cartonné à l’étranger), il s’est remis au travail en écrivant un de ses scénarios dont il a le secret : Embarquement immédiat, une comédie populaire autour du duo complice formé par Ary Abittan et Medi Sadoun, et dans laquelle le film Les compères aurait avalé Very Bad Trip. Vous verrez les premières images aujourd’hui, le tournage s’est achevé hier à Malte.

Vous organisez la soirée de clôture ce jeudi, quelle ambiance et quelles surprises y réservez-vous ?

C’est une grande première pour nous. Nous sommes ravis d’accueillir tous les professionnels avec lesquels nous échangeons pendant l’année. Nous essaierons de faire aussi bien que nos prédécesseurs. Quant aux surprises, faut-il vraiment en parler avant ?

Propos recueillis par Sylvain Devarieux
© crédit photo : Thomas Lavelle - Contour By Getty pour LFF


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici


Recevez nos alertes email gratuites

s'inscrire