Cinéma

L’ADRC publie les résultats de sa consultation pour la réouverture des salles

Date de publication : 24/04/2020 - 17:00

L’Agence pour le développement régional du cinéma (ADRC) avait lancé début avril une consultation auprès des exploitants et des distributeurs, en vue d’accompagner la réouverture des salles de cinéma.

Les réponses aux questionnaires (à consulter ici) ont mis en avant plusieurs pistes et enseignements en ce qui concerne la réouverture des salles, et les conditions dans lesquelles elle pourrait avoir lieu, et leur programmation.

Il ressort que la question d’une régulation renforcée, afin de faire face à un éventuel embouteillage de sorties au second semestre "fait l’objet d’un consensus favorable entre distributeurs et exploitants". L'ADRC précise toutefois qu’"une typologie d’acteurs de la distribution n’est favorable ni à un calendrier concerté de sorties, ni à l’élaboration de recommandations de la Médiatrice sur le sujet."

La question du développement de la multiprogrammation est quant à elle souhaitée "massivement" par les exploitants, alors que les distributeurs sont plus réticents.

En ce qui concerne la programmation en elle-même lors de la reprise "les exploitants privilégieront une reprise partielle des films encore à l’affiche au 14 mars et souhaitent bénéficier des films nouveaux tandis que les distributeurs, qui se sont prononcés sur la question de la sortie des nouveautés, estiment qu’une sortie nationale nécessite un minimum de temps et qu’il serait préférable de se baser sur les films prévus à l’affiche des semaines qui ont suivi la fermeture des salles." A noter également que que les salles ne souhaitent pas programmer une forme de "best of" des films de l’année précédente, comme ce qui a été fait en Chine, ni garder la même qualité d’exposition en salles pour les films qui auront bénéficié d’une exposition en VàD. Certains distributeurs souhaitent quant à eux "un accompagnement par une majoration des subventions pour les films qui sortiront dans les conditions difficiles de reprise du marché."

Il apparaît aussi que les salles sont "largement favorables" à leur réouverture dès quelles en auront l’autorisation. Certaines d’entre elles expriment à ce sujet des craintes, suite à "la volonté de certaines collectivités territoriales de retarder localement leur réouverture pour prévenir tout risque sanitaire vis-à-vis de la population."

Enfin, exploitants et distributeurs s’accordent sur l’idée d’une reprise de l’activité organisée autour d’une Fête du cinéma ou d’une opération tarifaire nationale.

Autre consensus qui semble se dégager entre les deux professions, celui d’une intervention de l’ADRC dès la première semaine d’exploitation, "mais dans des conditions d’exposition et de respect de la diversité de l’offre de films qui restent à déterminer". 
Enfin, les exploitants et certains distributeurs "manifestent également le souhait que l’ADRC s’implique davantage dans les animations en salles, notamment sur la prise en charge financière de celles-ci." 

Parmi les réponses reçues, l’Agence souligne que du côté de l’exploitation, il y a une forte représentation des exploitants appartenant au secteur de la petite et de la moyenne exploitation. "Les réponses provenant de la grande exploitation sont quantitativement très réduites, ce qui s’explique facilement au regard de l’action même de l’ADRC qui est plus orientée, tant dans l’accès aux films que les conseils et études aux salles, vers les cinémas de la petite et de la moyenne exploitation", ajoute-t-elle.
Pour les distributeurs, elle note une bonne représentativité des différents types d’acteurs du secteur.

Océane Le Moal
© crédit photo : dr


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici


Recevez nos alertes email gratuites

s'inscrire