Cinéma

Congrès FNCF 2020 - La Journée des éditeurs de films, chapitre second

Date de publication : 25/09/2020 - 08:45

Une dizaine de sociétés de distribution ont dévoilé leur line up des 12 prochains mois à l'occasion de la deuxième partie de cette journée des éditeurs de films coorganisée par la FNCF et la FNEF le 24 septembre, qui a été l'occasion de la seule et unique présentation en présence d'une équipe de film.

Ouvrant le bal de cette seconde partie du traditionnel marathon d'images, Ad Vitam a déroulé un programme très fourni en films français. La structure a ainsi lancé les bandes-annonces de Des hommes de Lucas Belvaux (11/11), un drame contemporain porté par Gérard Depardieu, Catherine Frot et Jean-Pierre Darroussin sur fond de guerre d'Algérie, et de Rouge de Farid Bentoumi (25/11), un thriller écolo incarné par Zita Hanrot, Céline Sallette, Sami Bouajila et Olivier Gourmet, tous deux labellisés Sélection Officielle Cannes 2020 ; de Profession du père de Jean-Pierre Améris (20/01/21), un drame avec Benoit Poelvoorde et Audrey Dana autour d'un père confiant à son fils de 12 ans la mission de tuer le général de Gaulle pour sauver l'Algérie ; de La terre des hommes de Naël Marandin (03/02/21), un drame agricole interprété par Diane Rouxel, Finnegan Oldfield, Jalil Lespert et Olivier Gourmet, labellisé Semaine de la Critique 2020 ; tout en dévoilant les premières images d'Eugénie Grandet de Marc Dugain (17/03/21), nouvelle adaptation du roman éponyme d'Honoré de Balzac avec - de nouveau - Olivier Gourmet, Valérie Bonneton et Joséphine Japy.

Sur scène aux côtés d'Alexandra Henochsberg et Grégory Gajos, codirigeants d'Ad Vitam, Emmélie Gréé, responsable de la programmation, a ensuite évoqué les sorties de Sous le ciel d'Alice de Chloé Mazlo (24/02/21), une comédie dramatique avec Alba Rohrwacher et Wajdi Mouawad se déroulant dans le Liban des années 1950, et Nouvel ordre de Michel Franco (31/03/21), un thriller politique mexicain récompensé du Grand Prix du Jury à la Mostra de Venise.

Prenant le relais, Gaumont a également centré sa présentation sur ses - nombreuses - sorties tricolores. A commencer par OSS 117 : alerte rouge en Afrique noire de Nicolas Bedos (03/02/21), troisième volet de la franchise de comédie d'espionnage relancée en 2006 par Michel Hazanavicius et Jean-François Halin - toujours au scénario - avec Jean Dujardin pour tête d'affiche, cette fois rejoint par Pierre Niney. Le long métrage a ainsi été mis en lumière via plusieurs teasers, très favorablement accueillis par les professionnels. Plusieurs teasers ont également été projetés pour Le sens de la famille de Jean-Patrick Benes (20/01/21), une comédie avec Alexandra Lamy et Franck Dubosc en parents d'une famille dont les membres se retrouvent un beau matin propulsés dans les corps des uns et des autres.
La structure a par ailleurs montré les bandes-annonces d'Aline de Valérie Lemercier (18/11), une comédie dramatique librement inspirée de la vie de Céline Dion avec Valérie Lemercie dans le rôle-titre, et Mystère de Denis Imbert (16/12), un film d'aventure familial avec Vincent Elbaz, Marie Gillain et Eric Elmosnino mettant en scène une petite fille mutique depuis la disparition de sa mère qui reprend goût à la vie après qu'on lui confie un chiot, qui s'avérera finalement être un loup. Le distributeur a, enfin, projeté les premières images d'Illusions perdues de Xavier Giannoli, un drame historique adapté de l'oeuvre éponyme d'Honoré de Balzac réunissant Benjamin Voisin (Eté 85), Vincent Lacoste, Cécile de France, Gérard Depardieu ou encore Xavier Dolan.
Représentée sur scène par Ariane Toscan du Plantier, directrice de la distribution cinéma France et internationale de Gaumont, Thierry Laurentin, tout nouveau directeur de la programmation, et Marion Walsh, directrice marketing, la firme à la Marguerite a en outre indiqué que la tournée d'Adieu les cons d'Albert Dupontel (21/10) avait déjà réuni plus de 30 000 spectateurs, soit 5 000 de plus que celle de son précédent long, Au revoir là-haut, sorti à l'automne 2017.

Bodega Films a fait le choix de se focaliser sur un nombre de films réduits, lançant les bandes-annonces de Je voulais me cacher de Giorgio Diritti (25/11), biopic du peintre italien Antonio Ligabue avec Elio Germano ; Sans signe particulier de Fernanda Valadez (16/12), un drame suivant une femme à la recherche de son fils à travers le Mexique ; Los lobos de Samuel Kishi Leopo (17/03/21), un drame mexicain mettant en scène deux jeunes garçons partis s'installer aux Etats-Unis avec leur mère à la recherche d'une vie meilleure ; et Crescendo de Dror Zahavi, un drame musical allemand suivant les péripéties d'un orchestre de jeunes israélo-palestiniens.
Accompagnée sur scène par Laurence Moulin, directrice de la distribution de Bodega, Cécile Tignon, responsable des ventes de la structure, a profité de l'occasion pour annoncer l'acquisition au Festival de Venise d'Apples de Christos Nikou, un premier long grec prenant pour point de départ une pandémie mondiale provoquant des amnésies, présenté dans la section Orizzonti.

Fort d'un programme de fin d'année dense avec quatre titres calés durant les trois prochains mois, Studiocanal a concentré sa présentation sur son line up hexagonal, illustré par de nombreuses images inédites. A commencer par des extraits de la comédie L'origine du monde de Laurent Lafitte (04/11), premier long de l'acteur qui s'y met en scène aux côtés de Karine Viard, Vincent Macaigne, Hélène Vincent et Nicole Garcia. Puis de L'affaire Saint-Trop' (ex Do you do you Saint-Tropez) de Nicolas Benamou (31/03/21), comédie policière installée dans les années 1970 avec Christian Clavier, Benoit Poelvoorde, Thierry Lhermitte et Jérôme Commandeur au générique. Un coup de projecteur a ensuite été mis sur Le loup et le lion de Gilles de Maistre (07/04/21), deuxième collaboration entre le distributeur et le réalisateur autour d'un film d'aventure familial après Mia et le lion blanc (1,4 million d'entrées en 2018), et Boite noire de Yann Gozlan (17/03/21), un thriller avec Pierre Niney dans la peau d'un technicien propulsé enquêteur en chef sur une catastrophe aérienne aux contours troubles, accompagné par Lou de Laâge et André Dussollier. Mais aussi sur 30 jours max de Tarek Boudali (14/10), où le réalisateur d'Epouse-moi mon pote se met de nouveau en scène aux côtés de Philippe Lacheau et Julien Arruti, accompagnés cette fois par Vanessa Guide, dans une comédie policière où le protagoniste - un flic trouillard et maladroit - apprend à tort qu'il ne lui reste que 30 jours à vivre.
Enfin, le distributeur a terminé sa prise de parole en invitant sur scène une partie de l'équipe de Bac Nord (23/12), à savoir son réalisateur Cédric Jimenez (La French) ainsi que ses acteurs Gilles Lellouche, François Civil et Karim Leklou (photo), à introduire des images exclusives du film. Inspiré d'une histoire vraie, le thriller suit le quotidien d’une brigade de la BAC des quartiers Nord de Marseille, dont la course aux résultats imposée par sa hiérarchie pousse ses membres à franchir parfois la ligne jaune, jusqu’à ce que le système judiciaire se retourne contre eux. Cette prise de parole a constitué, in fine, la seule et unique présentation effectuée par une équipe de films à l'occasion de cette journée, traditionnellement riche en talents.

Seul distributeur à ne pas avoir été représenté sur scène, KMBO a lancé une boucle d'images de près d'une dizaine de bandes-annonces, constituée notamment du documentaire français Petites danseuses d'Anne-Claire Dolivet (04/11), du drame fantastique suédois Pour l'éternité de Roy Andersson (23/12), du drame historique allemand Les leçons persanes de Vadim Perelman (27/01/21), du documentaire français Birds of America de Jacques Loeuille (2021), de la comédie dramatique française Petite fleur de Santiago Mitre (2021), avec Vimala Pons, Melvil Poupaud et Sergi Lopez, le film d'animation familial allemand Les Elfkins : opération pâtisserie d'Ute von Münchow-Pohl (09/12), du film d'animation familial franco-belge Chien Pourri, la vie à Paris ! de Davy Durand, Vincent Patar et Stéphane Aubier (07/10) et du programme de courts métrages Le Noël de petit lièvre brun (11/11).

Aux commandes d'un line-up de nouveau extrêmement dense, Le Pacte a mis l'accent sur ses atouts tricolores, ponctuant sa présentation de teasers des Méchants de Mouloud Achour et Dominique Baumard (10/02/21), une comédie portée par Roman Frayssinet et Djimo, entourés de Ludivine Sagnier, Mathieu Kassovitz, Samy Nacéri et Anthony Bajon. Pour le reste, ont été projetées les bandes-annonces d'ADN de Maïwenn (28/10), réflexion sur le deuil et la filiation labellisée Sélection Officielle Cannes 2020 que la réalisatrice incarne également à l'écran avec l'appui de Louis Garrel, Fanny Ardant, Marine Vacth et Dylan Robert, Ibrahim de Samir Guesmi (09/12), un drame multiprimé au Festival d'Angoulême où l'acteur se met en scène dans son premier long, la comédie Le discours de Laurent Tirard (16/12), adaptation du roman de Fabrice Caro, labellisée Sélection Officielle Cannes 2020 et présentée elle aussi à Angoulême, avec Benjamin Lavernhe, Sara Giraudeau, Kyan Khojandi et Julia Piaton au générique, et Gogo de Pascal Plisson (13/01/21), documentaire français suivant le parcours d'une femme de 94 ans qui vient d'intégrer l'école de son village avec l'objectif de réussir son examen de fin de primaire. En outre, côté étranger, la structure a exposé la bande-annonce de Berlin Alexanderplatz de Burhan Qurbani (14/04/21), drame allemand suivant un jeune réfugié sans papiers qui se retrouve à Berlin où il peine à gagner sa vie honnêtement.

Le président du Pacte, Jean Labadie, a en outre annoncé que la société sortirait le prochain film d'Arnaud Desplechin, dont le tournage vient de se terminer, durant l'été 2021.

Pathé a également axé sa présentation sur son offre hexagonale, dévoilant des images inédites d'Eiffel de Martin Bourboulon (17/02/21), une comédie dramatique retraçant la passion entre Gustave Eiffel (joué par Romain Duris) et son amour de jeunesse (Emma Mackey) retrouvé alors qu'il commence à ériger la Tour Eiffel ; mais aussi d'Albatros de Xavier Beauvois (premier semestre 2021), un drame où Jérémie Renier campe un gendarme dont la vie bascule en tuant accidentellement un agriculteur qui menaçait de se suicider ; d'Un tour chez ma fille d'Eric Lavaine (02/06/21), suite de Retour chez ma mère (2,2 millions d'entrées en 2016) du même Eric Lavaine, avec Josiane Balasko, Mathilde Seigner et Jérôme Commandeur ; et d'Envole-moi de Christophe Barratier (premier semestre 2021), une comédie dramatique portée par Victor Belmondo et Gérard Lanvin où le premier est contraint par le second de s'occuper d'un de ses jeunes patients atteint d'une maladie grave, bouleversant ainsi le quotidien - et la vie - de chacun. Le tout accompagné d'un petit clip musical des Tuche 4 d'Olivier Baroux (09/12).
Jérôme Seydoux, président de Pathé, est ensuite monté sur scène pour livrer des paroles rassurantes sur l'avenir des salles, et bien sûr évoquer quelques-uns des projets en cours au sein de la société. En l'occurrence, Notre-Dame brûle de Jean-Jacques Annaud, sur l'incendie de la célèbre cathédrale ; Astérix et Obélix : l'empire du milieu de Guillaume Canet ; le prochain film de Dany Boon ; deux longs métrages autour des Trois mousquetaires réalisés par Martin Bourboulon et scénarisés par le duo Alexandre de la Patellière-Matthieu Delaporte ; ainsi qu'un film en deux parties réalisé par Antonin Baudry (Le chant du loup) sur le général de Gaulle lorsqu'il était à Londres.

De son côté, Paramount Pictures France a opté pour la concision en montrant des images - pour la plupart inédites - de seulement trois titres de son line up. D'abord, Steve - bête de combat d'Hamish Grieve (03/02/21), nouvelle production familiale de Paramount Animation mettant en scène un monstre paresseux qu'une jeune fille décide d'entrainer dans le but d'en faire un combattant. Ensuite, Infinite d'Antoine Fuqua (19/05/21), un thriller d'action sur fond de science-fiction avec Mark Wahlberg en tête d'affiche. Enfin, Top Gun 2 : Maverick de Joseph Kosinski (14/07/21), suite du film culte de 1986 plongeant Tom Cruise dans les habits d'un brillant pilote de chasse de la marine américaine.

Participant pour la première fois à la journée des éditeurs de films, Memento Films Distribution a également fait le choix de livrer une présentation d'images resserrée, autour de quatre titres cette fois : Mandibules de Quentin Dupieux (02/12), comédie fantastique et déjantée autour de deux amis tentant de dresser une mouche géante pour gagner de l'argent à la riche distribution (David Marsais, Grégoire Ludig, Adèle Exarchopoulos, India Hair, Roméo Elvis...), passée par la Mostra de Venise ; Un triomphe d'Emmanuel Courcol (23/12), comédie sociale avec Kad Merad dans la peau d'un acteur en galère qui accepte d'animer un atelier théâtre en prison pour boucler ses fins de mois, labellisée Sélection Officielle Cannes 2020 et qui a remporté le prix du public à Angoulême ; Milla de Shannon Murphy (03/02/21), une comédie dramatique australienne autour d'une jeune adolescente atteinte d'un cancer qui tombe amoureuse pour la première fois, doublement primée à Venise ; et Le mariage de Rosa d'Iciar Bollain (03/03/21), une comédie espagnole mettant en scène une quadragénaire qui décidé un jour de se marier... avec elle-même. Non sans évoquer les sorties des prochains longs de Jacques Audiard (Les olympiades), Asghar Farhadi (Un héros), Jérémie Elkaïm (Assoiffés) et Joachim Trier.

Enfin, UGC Distribution a clos cette journée en exposant les images de sept longs métrages, avec la comédie pour faire de lance. En témoignent le coup de projecteur mis sur Parents d'élèves de Noémie Saglio (07/10), avec Camélia Jordana et Vincent Dedienne ; Tout nous sourit de Mélissa Drigeard (11/11), récipiendaire de trois récompenses au Festival de l'Alpe d'Huez dont les prix des meilleures interprétations féminines (Elsa Zylberstein) et masculine (Stéphane De Groodt) ; C'est la vie de Julien Rambaldi (30/12), une codistribution Orange Studio mettant en scène cinq femmes sur le point d'accoucher (Léa Drucker, Julia Piaton, Alice Pol...) alors qu'une sage femme au caractère bien trempé sur le point de partir à la retraite (Josiane Balasko) doit composer avec un jeune obstétricien arrogant (Nicolas Maury) ; Les 2 Alfred de Bruno Podalydès (13/01/21), avec Denis Podalydès, Sandrine Kiberlain et Bruno Podalydès, passé par Angoulême et labellisé Sélection Officielle Cannes 2020 ; et Le médecin imaginaire d'Ahmed Hamidi (14/04/21), un premier long porté par Alban Ivanov et Fatsah Bouyahmed (La vache) dans les rôles d'un célèbre DJ qui se retrouve dans l'obligation de resté immobilisé le temps de se remettre d'une mauvaise chute et d'un apprenti aide-soignant qui tentera de veiller sur lui. Mais aussi, dans un autre registre, The father de Florian Zeller, un drame avec Anthony Hopkins dans la peau d'un homme de moins en moins autonome qui refuse l'aide de sa fille (Olivia Colman) tout en commençant à douter de ses proches, codistribué avec Orange Studio. Ainsi que Haute couture de Sylvie Ohayon (02/12), une comédie dramatique réunissant Nathalie Baye et Lyna Khoudri (Papicha).

Avec, en conclusion, un message vidéo de Chantal Ladesou, introduisant la comédie C'est quoi ce papy ?! de Gabriel Julien-Laferrière (11/08/21), calée deux ans après C'est quoi cette mamie ?! (1,2 million d'entrées en 2019) et cinq ans après C'est quoi cette famille ?! (750 000 tickets en 2016), avec Patrick Chesnais dans le rôle-titre.

En tout, près de 265 extraits, teasers, promoreel, bandes-annonces et autres images cinématographiques ont été projetés aux participants de cette journée des éditeurs de films, aux contours historiques.

Kevin Bertrand
© crédit photo : K.B.


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici


Recevez nos alertes email gratuites

s'inscrire