×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 64

1970 : Jean-Louis Bertuccelli "Merci !"

Date de publication : 14/05/2011 - 10:27

Spécial 50e édition de la Semaine de la critique : chaque jour, un réalisateur ou une réalisatrice se souvient du film qui l'a révélé à la Semaine de la critique.

Pour faire Remparts d’argile j’ai été obligé de monter une société de production. Parti en Tunisie pour une pub, le hasard m’a permis de découvrir le village de Chebika. Revenu à Paris, je tombe sur un livre intitulé Chebika. Jean Duvignot avait écrit l’histoire de ces gens. Comme il était impossible de monter le film avec les Tunisiens, l’ouvrage étant interdit, j’ai essayé en Algérie et au Maroc. Ne connaissant personne dans le cinéma, Bertrand Tavernier, alors attaché de presse, m’a dit : “Mais attends, on peut voir pour Cannes”, et il l’a présenté à la Semaine de la Critique. Le fait d’être sélectionné était super. En plein Festival, Bertrand m’annonce qu’un distributeur américain veut le voir. On lui montre dans une petite salle à 9 h du matin. Étant la parfaite caricature du producteur américain, gros avec un cigare, je me suis dit qu’il allait dormir. Il était tout seul dans cette salle. Je suis allé prendre un café. À la sortie, il parle à Bertrand, lui dit : “J’achète le film.” Trois semaines plus tard, il m’envoie un contrat énorme, un billet d’avion. Une limousine m’attendait à New York pour la présentation. J’avais 26 ans. Les Marocains m’ont gâté en le projetant dans le désert sur un drap blanc. Merci la Semaine !
Guillaume FRAT
© crédit photo :


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici


Recevez nos alertes email gratuites

s'inscrire