Cinéma

Annecy 2019 - "Zero Impunity" : l’impact du cinéma au service de l’activisme

Date de publication : 13/06/2019 - 08:22

Présenté au Pathé, qui accueille tout au long de la semaine les projections de Contrechamp, le film symbolise les enjeux artistiques de cette nouvelle section compétitive.

Réalisé par Nicolas Blies et Stéphane Hueber-Blies, rejoints pour la partie animée par Denis Lambert, Zero Impunity se présente comme le volet cinématographique d’un projet transmédia global combinant journalisme d'investigation et activisme. Son principe de base : sensibiliser l’opinion publique aux violences sexuelles commises lors des conflits armés.

Mêlant prises de vues réelles et séquences animées, le long métrage appuie sa dénonciation sur les viols commis par des soldats français en Centrafrique dans le cadre de l’opération Sangaris, les méthodes de torture mises au point par l’administration Bush, les viols d’enfants par les forces de Bachar El Assad, les violences sexuelles en Ukraine commises par les séparatistes et les forces ukrainiennes, mais s’en prend aussi à la chape de plomb régnant à ce sujet au sein de l’ONU et aux ratés de la Cour pénale internationale qui a attendu 2016 pour punir de tels crimes.

Ses deux auteurs ont cofondé en 2011 au Luxembourg la société de production a-Bahn, devenue rapidement pionnière en termes de nouvelles écritures et de projets à impact social. Elle a notamment coproduit les œuvres en réalité virtuelle de Vincent Ravalec et Jan Kounen, dont la dernière réalisation, Ayahuasca - KosmiK Journey, est en compétition cette année à Annecy.
Zero Impunity est le premier long métrage initié par la structure. "Au départ, nous voulions créer un outil audiovisuel qui permette d’éveiller les consciences et d’agir, précise Stéphane Hueber-Blies. Nous avons choisi de mêler animation et investigation. Nous avons fait appel à une équipe de journalistes indépendants en leur demandant d’enquêter sur ces sujets. En parallèle, nous écrivions le scénario du film en faisant les premières animations avec Denis Lambert. C’est donc un processus de travail qui s’est fait quasiment en temps réel."

Mais une fois publiées via des médias partenaires tels que Mediapart, les enquêtes seront fortement critiquées voire dénigrées. Les deux frères décident alors de retourner sur le terrain afin de rencontrer les différents protagonistes et de les engager dans la dynamique du film en les intégrant à ce dernier. "Nous avons pensé Zero Impunity comme une caisse de résonance pour les voix des victimes survivantes mais aussi celles des lanceurs d’alertes et des activistes." Ils vont notamment tourner des images dans le camp de réfugiés syriens de Zaatari en Jordanie, mais aussi dans le désert de Wadi Rum, seul moyen d’échapper à la surveillance des services secrets jordaniens. Autre but de ces voyages, rencontrer et faire réagir dans la rue des hommes et des femmes afin d’enregistrer leur réaction face à ces récits d’exactions.

L’animation a été utilisée pour représenter les victimes de violences sexuelles en Syrie et Ukraine, notamment pour protéger ces dernières, mais aussi dans le but de créer une certaine distanciation. "Nous avons choisi l’animation pour tout ce qui avait trait à l’investigation d’une manière générale. Cela nous a permis aussi de prendre du recul vis-à-vis de la violence de certains moments mais aussi de mettre en scène des situations auxquelles nous n’avions pu assister", résume Nicolas Blies. Sans oublier une séquence finale à l’ONU entièrement fantasmée.

Initié par a-Bahn, Zero Impunity a été coproduit avec Melusine Productions et Studio 352 au Luxembourg (Stéphan Roelants). Il a été financé par le CNC, le Film Fund luxembourgeois et quelques apports privés.

Patrice Carré
© crédit photo : a-BAHN - Melusine productions - Studio 352


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici