Cinéma

CONNeXT 2019 - Le documentaire fait une entrée remarquée

Date de publication : 10/10/2019 - 08:30

La journée du mardi s’est ouverte avec le documentaire, ce dernier prenant la forme de trois longs métrages et d’une série présentés à différents stades d’avancement.

Trois projets de long métrage radicalement différents, tant par le fond que la forme, ont été présentés lors d’une unique session de Work in Progress, à commencer par Four Brothers de Pieter-Jan De Pue. Le réalisateur de The Land of the Enlightened s’est attaché cette fois au destin hors norme de quatre frères orphelins de naissance, tous originaires de la région ukrainienne séparatiste du Donbass. Deux d’entre eux combattent dans des camps opposés, le troisième, adopté par une famille américaine, tente de comprendre ce qui a pu se passer, tandis que le petit dernier, cloué dans fauteuil roulant, voudrait réunir la famille. Ce projet, autour de la quête d’identité et de la façon de survivre à un conflit, a notamment nécessité de passer trois ans en Ukraine. Et comme pour son opus précédent, Pieter-Jan De Pue a choisi de tourner en 16 mm. Le film devrait être achevé pour juin 2022.

Il était suivi par un autre projet tout aussi atypique, réunissant la réalisatrice Eva Küpper et les productrices Ellen De Waele et Elisa Heene. Dark Rider est centré sur le personnage de Ben Felten, devenu aveugle à la suite d’une maladie dégénérative, mais qui n’a pas renoncé pour autant à devenir un coureur de moto professionnel. Il se prépare même à battre un record de vitesse sur le site de Lake Gairdner, en Australie. "L’idée de mon film est de plonger le spectateur dans l’univers de cet homme, juché sur une moto fonçant à toute vitesse alors qu’il est plongé dans l’obscurité la plus totale", résume Eva Küpper. Sa présentation était suivie par celle de What Makes us Boys de Janet Van Den Brand et Timothy Wennekes. Ces derniers ont choisi de filmer deux jeunes frères incapables de vivre l’un sans l’autre malgré leurs disputes. Daan souffre d'une maladie rare qui l'empêche de faire ce que d'autres enfants peuvent réaliser, tandis que Sam se débat avec son identité puisqu’il s'appelait autrefois Mara.

La session consacrée au documentaire s’est conclue avec le pitch d’un ambitieux projet de séries, encore à ses débuts. Créé par Kat Steppe, écrit par Jo Badisco et Rik Torfs, lui-même professeur de droit canon, The Vatican (photo) se présente comme une incursion en six épisodes au cœur de la cité papale. Le projet n’a rien de polémique, sa réalisatrice souhaitant au contraire se livrer à un questionnement assez personnel de la foi catholique, tout en explorant un lieu de pouvoir particulièrement fascinant. Il est soutenu depuis ses débuts par la VRT et est rendu possible grâce au réseau développé au fil des ans par Rik Torfs. Le tournage devrait débuter au printemps 2020, le principe de base étant de reposer sur des interviews filmés sans avoir recours à la voix off. "Grâce à mes relations, nous allons avoir accès à des personnes très haut placées, a tenu à souligner Rik Torfs. Nous allons aussi demander un entretien avec le pape, mais peut-être qu’il sera mort avant que nous n’obtenions l’autorisation."

Patrice Carré
© crédit photo :


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici