Cinéma

Lumière MIFC 2019 - Le film de patrimoine représente un quart du marché de la vidéo physique

Date de publication : 15/10/2019 - 11:50

A l’occasion du 10e festival Lumière, le CNC s'est penché sur la perception des films de patrimoine (plus de dix ans), et le poids de ces derniers sur le marché du DVD/Blu-Ray.

L’étude, réalisée en ligne par Médiamétrie entre le 6 et le 12 septembre, auprès d’un échantillon de 1 029 spectateurs de cinéma, âgés de 15 ans et plus, montre que 91% d’entre eux visionnent des films de patrimoine.
Le taux de satisfaction parmi ces derniers est assez élevé puisqu’il atteint 94%. Les films de patrimoine sont particulièrement plébiscités par un public masculin (92%), de plus de 50 ans (92%), CSP (93%), et surtout habitués de cinéma (94%).

Chaque tranche d’âge à son moyen de visionnage privilégié. Ainsi les 50 ans et + vont principalement regarder les films de patrimoine par la télévision gratuite (86%), alors que 35-49 ans vont eux se tourner sur le DVD/ Blu-ray (35%), et 15-34 ans la VàD/SVàD (35%).
Plus largement, 80% des sondés regardent les films de patrimoine par la télévision gratuite, suivi par le DVD/Blu-ray (29%), et la VàD/SVàD (19%). A noté que le cinéma est choisi par 12% d'entre eux pour visionner ces titres. 

Parmi les acheteurs de Blu-ray/DVD, les deux principales motivations de l’acquisition d’un film en vidéo, sont revoir le film, mais aussi pour le collectionner.

Le poids du cinéma de patrimoine est d’ailleurs assez conséquent dans le marché de la vidéo physique. En effet, alors qu'en 2018,  les ventes de DVD et de Blu-ray enregistrent une baisse de 16 % et s’établissent à 449 M€, et que les recettes du marché de la vidéo physique ont diminué de plus de moitié en dix ans (-68 %), les ventes de cinéma de patrimoine restent stables, comme nous l’expliquait d’ailleurs Juliette Rajon, la directrice du MIFC. Sur les dix dernières années, le poids de la vente des films de patrimoine a représenté entre 26 % et 31 % du total des ventes, soit plus d’un quart du total.  

En ce qui concerne les ventes de films en vidéo physique, aussi bien pour les films de patrimoine, que pour les autres films, les titres américains représentent plus de la moitié des ventes.
Toutes nationalités confondues, les ventes concernent principalement les films qui ont moins de trois ans d’ancienneté. Parmi les films vendus, 31,5% des films américains sont des films de patrimoine, et 30,4% des films français sont des films de patrimoine.
En 2018, la saga Harry Potter domine le classement des films de patrimoine en nombre de ventes en vidéo physique, avec Harry Potter à l’école des sorciers, Harry Potter et la chambre des secrets, Harry Potter et l’ordre du Phoenix, Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban, et Harry Potter et la coupe de feu. Le Roi Lion complète le classement. 

Parmi les films français de patrimoine, c’est La grande vadrouille (photo) qui arrive en tête, suivi du Corniaud et des Aventures de Rabbi Jacob.
L’étude souligne des pics de ventes pour les films français de patrimoine, tous les ans au mois de décembre, le DVD/Blu-ray étant un objet que les Français aiment offrir, mais aussi lors des rééditions ou restauration de films en vidéo physique.

L'intégralité de l'étude est à retrouver ici.

Océane Le Moal
© crédit photo : Valoria Films


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici