Cinéma

Coronavirus : la fréquentation s'effondre logiquement en mars

Date de publication : 03/04/2020 - 18:30

La fermeture de l’ensemble des cinémas français, intervenue le 15 mars après deux semaines de perturbations liées à l’expansion du Covid-19, impacte en toute logique la fréquentation en salles, qui plonge de 68%.

Sa chute brutale était, au regard du contexte sanitaire, inévitable. Les chiffres du CNC le confirment sans équivoque. Selon les estimations de la direction des études, des statistiques et de la prospective du Centre, la fréquentation des salles hexagonales s’est écroulée de 68,3 % entre mars 2019 et mars 2020. Ainsi, 5,95 millions de spectateurs ont arpenté les cinémas tricolores le mois dernier, contre 18,75 millions en mars 2019. "Cette chute de la fréquentation s’explique par l’épidémie de coronavirus conduisant à la fermeture de l’ensemble des salles de cinéma à compter du dimanche 15 mars. Une première baisse significative de la fréquentation, liée à cette épidémie, avait été observée la semaine précédente à partir du lundi 9 mars", explique le CNC.

Il s’agit, bien évidemment, du plus mauvais mois de mars depuis la prise en compte des statistiques mensuelles par le CNC, en 1980. Jusqu’à aujourd’hui, 1992 avait d’ailleurs été la seule année à enregistrer un mois de mars sous la barre des 10 millions de tickets (9,8 millions, en l’occurrence).

En conséquence, aucun film ne parvient à atteindre le cap du million de billets sur la période, seulement deux franchissant le seuil du demi-million : En avant (609 438 spectateurs, photo) et De Gaulle (595 179), leaders du mois avec une semaine et demi d’exploitation au compteur. Avec, pour le reste du Top 10 – où figurent les seuls titres à plus de 100 000 entrées –, une belle présence des comédies françaises : Papi Sitter (187 681 curieux la première semaine), 10 jours sans maman (184 162 amateurs en mars) et La bonne épouse (171 000 cinéphiles en quatre jours, avant-premières incluses).

Relevons en outre que, parmi les longs métrages composant ce Top 10, quatre titres – Invisible man, Papi sitter, Sonic, le film et Le cas Richard Jewellont été autorisés par le CNC à sortir de manière anticipée en VàD.

Cet effondrement de la fréquentation en mars intervient après deux mois déjà en forte baisse, l’affluence des cinémas français ayant fondu de 21,3 % en janvier et de 19,5% en février. En conséquence, l’écart avec l’année 2019 se creuse, les trois premiers mois de 2020 accusant un retard de 35,5% sur le premier trimestre 2019, soit 38,05 millions d’entrées contre 59,04 millions de spectateurs. Il s'agit, selon le CNC, "du plus bas niveau depuis 23 ans", en l'occurrence les 36,35 millions de billets engrangés durant le premier trimestre 1997.

Dans ce contexte, la part de marché du cinéma français reste relativement peu élevée, à 34,8% vs 46,3 % pour le premier trimestre 2019, tandis que celle du cinéma américain s'établit à 55,3% contre 43,1%.

Positive jusqu'en février, la fréquentation est également en recul (-3,3%) une fois l'année glissante prise en compte, avec 192,04 millions de tickets enregistrés entre avril 2019 et mars 2020, contre 198,61 millions amassés entre avril 2018 et mars 2019.

Kevin Bertrand
© crédit photo : Pixar/Disney


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici


Recevez nos alertes email gratuites

s'inscrire