Cinéma

Annecy 2020 online - Mickaël Marin : "On n’a jamais autant parlé d’Annecy"

Date de publication : 20/06/2020 - 08:35

Si le festival international du film d’animation a été prolongé jusqu’au 30 juin, échéance à laquelle les contenus du marché enregistrés seront également disponibles, le Mifa s’est terminé le 19 juin. Le directeur de Citia, l’organisateur, livre un premier bilan.

A mi-parcours de cette édition 2020 historique organisée en ligne, en raison du coronavirus, mais à quelques heures de la clôture du Mifa, quel bilan faites-vous de cette première semaine ?
C’est un très très bon bilan. Je ne vais pas dire qu’il est inespéré, parce que nous l’espérions. Chaque année, nous mettons tout notre engagement pour relever le niveau, proposer une offre toujours meilleure. Pour cette édition, nous avons œuvré de la même manière, avec peut-être encore plus de motivation compte tenu de l’attente, très forte. Je suis très content et très satisfait parce qu’au moment où je vous parle (vendredi 19 juin, Ndlr), nous avons atteint les 14 000 accrédités (12 300 en 2019, Ndlr). Sur ce total, qui n’est pas définitif, puisque le festival se termine le 30 juin, 4 100 étaient accrédités au marché, soit le niveau réalisé l’année dernière par l’édition du Mifa physique.

Qui plus est, ces accréditations sont recentrées sur le "business", si on peut dire ?
Oui, nous avons moins d’accréditations liées à toutes les personnes qui, d’habitude, sont dans l’organisation, ou au protocole. Par conséquent, elles sont hyper ciblées sur la catégorie des professionnels de l’industrie ou des artistes. Il s’agit donc d’un nombre très important. Sur les accrédités au festival, il nous faudra déterminer quelle était la part du grand public, mais j’ai plutôt la conviction que les professionnels et les d’étudiants en animation restent largement majoritaires.

Avez-vous déjà des statistiques sur les visionnages des événements proposés en direct ou des vidéos enregistrées ?
A ce stade, nous pouvons dire que les Work in Progress, et notamment les sessions de questions-réponses, fonctionnent très bien et sur un nombre de personnes plus important, ce qui est un peu logique, que dans la salle Pierre Lamy, limitée à 270 places. Par exemple, celle avec Tomm Moore pour le long métrage Le peuple Loup, a réuni plus de 500 personnes.
Autre satisfaction, les conférences de presse, où nous sommes là aussi sur des belles affluences, que ce soit pour France Télévisions, M6 ou le SPFA (rebaptisé AnimFrance, comme cela a été annoncé à l'occasion du Mifa Online, Ndlr). Elles ont été très suivies, avec beaucoup de questions, un peu différentes de d’habitude. Il y a eu un vrai dialogue. Côté marché du film, le chiffre à retenir est que pour la première fois, il y avait plus de 1 000 films inscrits à la vidéothèque, soit pas loin du double qu’habituellement.
Concernant les pitches ou les contenus du Mifa Campus, nous sommes sur des moyennes de participation de 120-130 personnes par session. Même tendance pour les Share with. L’autre donnée que nous pouvons communiquer, bien qu’elle soit destinée à évoluer également, pour les séances de type Meet the, nous sommes à plus de 1 000 rendez-vous déjà réalisés. Cela représente 268 heures d’échanges entre les professionnels.

Ces chiffres valident l’attente des professionnels, que vous pressentiez, et l’importance que l’événement se tienne, même en ligne, et même avec ses limites ?
Oui, comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire, c’était notre rôle et notre mission de répondre présent. J’espère que cette édition aidera le secteur dans son ensemble. Son impact ne sera pas le même que si le festival s’était tenu physiquement. Mais elle en aura un. Et si nous n’avions pas fait cette édition, le secteur s’en serait trouvé plus handicapé.

Cette semaine vous a-t-elle réservé des surprises ?
Des surprises, ce n’est pas le terme, mais des temps forts… Comme lundi 15 juin (jour du lancement du festival et du marché, Ndlr), lorsque à 9 heures pétantes j’ai cliqué pour regarder un film, au hasard, et que j’ai pu constater que tout fonctionnait ! Cela ne nous a pas empêché d’avoir des problématiques de réglages diverses et variées. J’ai eu aussi le plaisir d’assister à des présentations incroyables, comme la leçon de cinéma de Dean DeBlois (l’auteur-réalisateur de la trilogie Dragons, entre autres, Ndlr). Celui-ci s’est montré très généreux, il a livré beaucoup d’anecdotes, de conseils…Le Annecy Online n’a été possible que parce que nous sommes dans un secteur qui est très généreux et qu’il a su se fédérer autour de ce projet. Cette générosité est palpable dans toutes les vidéos que nous avons reçues, que ce soit dans les Work in Progress, dans les Share with, les pitches…Pour moi qui travaille depuis maintenant quasiment 20 ans pour le cinéma d’animation, ce constat n’est pas une surprise. Je sais comment sont les gens. En tous cas, nous sommes rassurés sur ce qui a été mis en place. A voir maintenant, quelle suite sera donnée à tout cela.

Savez-vous déjà ce à quoi elle pourra ressembler ?
Notre certitude est que ce serait dommage d’avoir travaillé comme nous l’avons fait et, au 1er juillet, de tout jeter. Dire ce que nous allons faire est prématuré. Nous avons besoin de partager et de travailler entre nous, d’avoir les retours des professionnels. Nous avons toujours fonctionné comme ça. Nous verrons ensuite comment on peut garder certaines choses, afin d’enrichir les événements physiques, et permettre aussi, peut-être, à ceux qui ne peuvent pas se déplacer, de pouvoir participer d’une manière ou d’autre à Annecy.
L'ensemble des rencontres nous a permis d'accumuler une matière incroyable sur l’état de l’animation au niveau mondial. Nous n’en avons jamais eu autant d’ailleurs, dans la mesure où, d'ordinaire, on ne capte pas toutes les présentations. Nous devons faire quelque chose de ce matériel. Il ne peut que contribuer à faire progresser cet art et aider l’industrie de l’animation.

C’est l’un des rares effets positif de la pandémie : la version connectée d’Annecy a bénéficié d’une couverture médiatique inégalée. Celle-ci rejaillira-t-elle sur la manifestation, à l’avenir ?
C’est sûr. On n’a jamais autant parlé d’Annecy. Nous l’avons très vite mesuré. Mais parce que Annecy a fédéré, Annecy a pris des risques. J’espère que cela continuera l’année prochaine et les suivantes. Si nous pouvons organiser l’édition de 2021 sans trop de contraintes, je pense que les professionnels viendront nombreux. Ils auront envie de retrouver le lac, le festival…Ce sera de toute façon très intéressant à observer. Comment, après toutes les péripéties que nous aurons vécues, le festival repartira, dans un format que l’on connaît mais, probablement aussi un peu adapté, à l’aune de cette édition 2020 inédite.

Propos recueillis par Emmanuelle Miquet
© crédit photo : Citia


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici


Recevez nos alertes email gratuites

s'inscrire