Télévision

Annecy 2019 - Marc du Pontavice, "l'homme du moment"

Date de publication : 12/06/2019 - 08:35

Le président-fondateur du studio Xilam a reçu le Mifa Animation Industry Award.

Par un hasard de calendrier, Marc du Pontavice s'est retrouvé sous les projecteurs du marché international du film d'animation d'Annecy à double titre, mardi 11 juin. La séquence a démarré lors de la conférence de presse de Disney, avec l'annonce par Orion Boss, VP contenus animation, numérique et des acquisitions des chaînes Disney Europe et Afrique, que l’une des toutes premières productions originales de la future plateforme Disney+, Chip’n’Dale, serait produite par Marc du Pontavice, "the man of the moment".
Quelques heures plus tard, le président-fondateur du studio Xilam recevait le Mifa Animation Industry Award.
Avant de lui remettre le prix attribué chaque année à une personnalité de l’industrie, Mickaël Marin, le directeur de Citia, établissement organisateur du Festival et du Marché d’Annecy, a salué J’ai perdu mon corps, le long métrage de Jérémy Clapin récemment couronné à la Semaine de la critique (en compétition officielle à Annecy), "le geste le plus abouti qu’on puisse attendre d’un producteur".
Ce film, "nous le devons à ta ténacité et à ta vision", a poursuivi Mickaël Marin, incluant dans cette récompense tous les producteurs qui, dans le secteur, doivent souvent batailler de longues années avant de voir leurs projets se concrétiser.
Les partis pris stratégiques de Xilam donnent à voir "un écosystème optimiste" de l’industrie, a estimé de son côté Véronique Encrenaz, la nouvelle responsable du Mifa. Ces derniers mois, Xilam a en effet fait autant parlé de lui sur le terrain de la production de séries, que du long métrage, ou du numérique, en témoigne l’annonce de Disney+ ce jour.
En outre, le studio vient d’annoncer être entré en négociations exclusives pour racheter la société Cube Creative.

"L’animation rend heureux", a déclaré, très ému, Marc du Pontavice. Évoquant les images qu’il avait sélectionnées dans le clip projeté lors de cette remise – des extraits de séries et de J’ai perdu mon corps –, "j’ai toujours détesté l’opposition télévision/cinéma, et commercial/auteur", a souligné le producteur, ajoutant qu’il "n’avait jamais sacrifié à [son] désir de dénicher de nouveaux talents", face à Jérémy Clapin (qu’il est allé chercher pour adapter le roman de Guillaume Laurant, Happy Hand), présent dans les salons de l’Impérial avec une partie de l'équipe de Xilam.




Emmanuelle Miquet
© crédit photo : DR


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici