Télévision

Annecy 2020 online - Une rentrée jeunesse "offensive" pour le groupe M6

Date de publication : 19/06/2020 - 12:36

Le diffuseur s’est exprimé pour la première fois sur sa stratégie jeunesse, domaine où son périmètre s’est considérablement élargi avec le rachat de Gulli, Canal J et Tiji.

La rentrée des programmes jeunesse sera "extrêmement offensive, avec beaucoup de nouveautés", a prévenu Philippe Bony, le directeur général des chaînes thématiques du groupe M6 et président de Gulli, jeudi 18 juin.
La première prise de parole du diffuseur depuis l’acquisition de Gulli, Canal J et Tiji aurait dû se dérouler en direct, à Annecy. Elle s’est tenue par visioconférence, à l’occasion du Mifa Online en présence, outre Philippe Bony, de Julien Figue, directeur délégué adjoint du pôle jeunesse thématiques, Lila Hannou, directrice des préachats et coproduction d’animation du groupe, et Maud Branly, directrice des antennes internationales jeunesse.

Le groupe M6, qui se revendique désormais "première offre jeunesse de France", (34% de PDA sur la thématique jeunesse auprès des 4-10 ans, selon le dernier Médiamat’Thématik), à la faveur de l’élargissement substantiel de son périmètre, s’est engagé cette année sur 20 projets destinés à tous les publics. Les différentes antennes lui octroient dorénavant "le maillage le plus complet" : Gulli, "la plus généraliste", pour toute la famille, Canal J pour les 7-12 ans, Tiji, pour les 4-7 ans, et M6 Kid (le bloc jeunesse de la chaîne M6), pour les 6-8 ans.

Grâce à l’intégration des ex-chaînes de Lagardère, leur nouvel actionnaire entend créer des "synergies avec M6 Kid et développer une complémentarité de l’offre". Les synergies valent en particulier pour le prime-time de Gulli et les programmes de flux. Après l’expérience de diffusion du magazine E=M6 Family, déclinée d’une des marques emblématiques de la chaîne M6, le dimanche soir sur la chaîne TNT, le groupe réfléchit à d’autres propositions. En mars, Gulli était la troisième chaîne de la TNT sur la femme responsable des achats de moins de 50 ans,"la maman", avec 2,8% de PDA.
Concernant les fenêtres de diffusion entre les chaînes, "toutes les options sont sur la table", a répondu Julien Figue. Y compris celle de "travailler avec d’autres diffuseurs", pour une série qui serait financée en interne par M6 Kid et Gulli par exemple.

Parallèlement au linéaire, "le digital est aussi un gros axe de travail", a fait savoir Philippe Bony. A terme, Gulli sera disponible sur 6play, la plateforme numérique du groupe. Gulli Max, le service de SVàD de la chaîne jeunesse, lancé l’an dernier, comptabilise "aujourd’hui 3,8 millions d’abonnés" et "20 millions de vidéos vues par mois". Il rejoindra prochainement l’offre de Bouygues Telecom.

En matière de séries, "nous sommes globalement ouvert à tous les formats", a expliqué Lila Hannou, du moment qu’elles proposent de la comédie, de l’humour. L’accent a été mis sur des dessins animés destinés aux "4-6-7 ans" et à la case dite d’after school, de préférence avec des valeurs "d’amitié et de partage". Le diffuseur recherche "à la fois des créations originales et des adaptations".
Sur le long métrage, "M6 est un partenaire important du cinéma d’animation", fait valoir Philippe Bony. Le diffuseur, actuellement engagé sur Miraculous le film et Fire Art, dit vouloir "développer [sa] politique".

Sur les 20 séries annoncées, six seront en diffusion à la rentrée.
Sur M6 : Kid Lucky (52x11 min, Dargaud Media, Ellipsanime Productions et Belvision), "une plongée dans les origines du cowboy sous un jour plus tendre, plus comique, plus enfantin", ou Les blagues de Toto (52x13 min, Superprod Animation), deuxième adaptation des BD mais première entièrement en 3D. Un long métrage en prises de vues réelles sortira par ailleurs cet été, produit par Superprod et distribué par SND.
Le public de Gulli retrouvera quant à lui Les aventures de Paddington (52x11 min, Blue Zoo, Superprod Animation, Gulli et M6), après deux films avec le jeune ours péruvien.

Les 14 autres séries sont en production ou en développement. Les deux développements annoncés sont Les filles de Dad (52x11 min, Dupuis Edition & Audiovisuel, Ellipsanime Productions, M6, photo). Adaptée de la BD Dad (éditions Delcourt), la série se concentre sur le point de vue des filles, souligne le diffuseur. Dans Shaker Monster (52x11 min, GO-N Animation, M6), Justin, 8 ans, se retrouve en possession d’un shaker magique permettant de donner vie à une multitude de monstres loufoques, aux pouvoirs incroyables.

Parmi les dessins animés en production, on peut citer (hors nouvelles saisons), Petronix Defenders (52x11 min, Method Animation, Gulli, M6), sur des jeunes super-héros qui, lorsque les animaux sauvages du monde entier sont en danger, transforment leurs sacs à dos high-tech en "super pets high-tech" pour les sauver.
Le line up du groupe comprend deux séries financées avec d’autres diffuseurs : Presto ! Le Manoir Magique (52x11 min, TeamTO, M6, Canal+) et Idéfix et les irréductibles (52x11 min, Studio 58), avec France Télévisions.

"Le groupe M6 apporte également à beaucoup de ces productions françaises une fenêtre sur le monde", fait-il valoir. En 2020, "ce sont plus de 25 000 heures d’animation que nous proposerons dans 85 pays aux 38 millions de foyers qui nous reçoivent avec nos chaînes internationales : Gulli Girls en Russie, Tiji Russie, Gulli Africa et Gulli Bil Arabi". Gulli devrait connaître une nouvelle déclinaison "dans quelques mois" au Brésil.

Emmanuelle Miquet
© crédit photo : Dupuis Editions Audiovisuel


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici


Recevez nos alertes email gratuites

s'inscrire