Cinéma

Cannes 2018 - Entretien avec Shen Yang, productrice de "The Pluto Moment"

Date de publication : 16/05/2018 - 08:30

Basée à Shanghai, elle défend un cinéma indépendant via sa société Way Good Entertainment en se battant pied à pied pour trouver des investisseurs. Elle a produit The Pluto Moment de Ming Zhang, présenté à la Quinzaine des réalisateurs.

Comment avez-vous produit The Pluto Moment ?
Le film a été produit par ma petite équipe au sein de Way Good Entertainment, que j'ai créé en 2012 avec un partenaire qui travaille depuis plus de dix ans avec moi. Nous avons tous deux travaillé pendant 14 ans pour le Festival international du film de Shanghai avant de nous lancer dans le domaine de la production cinématographique indépendante. Je collabore également avec Diao Yinan, qui a réalisé Black Coal, Thin Ice, et Bi Gan, dont le film Long Day's Journey into Night a été sélectionné par Un certain regard à Cannes cette année. Pour The Pluto Moment, nous avons reçu un financement de iQIYI, la plus grande plateforme de VàD en Chine qui vient d'être cotée sur le Nasdq. 

Pourquoi être basée à Shanghai ?
Pékin est le centre du rassemblement d'un grand nombre de cinéastes chinois. Nous avons donc choisi de rester à Shanghai pour profiter d'un environnement calme et préserver notre indépendance et notre liberté, loin du centre industriel de la Chine. 

Combien de films avez-vous produit ?
J'ai quitté le Festival international du film de Shanghai pour produire Black Coal, Thin Ice, puis j'ai produit six titres, dont Nezha, sélectionné par le Festival du film de Pusan, North by Northeast, choisi par cinq manifestations cinématographiques de catégorie A. Et les deux films de Bi Gan : Kaili Blues en 2016 et Long Day's Journey into Night, terminé cette année. 

Quelles difficultés pour produire ce type de cinéma ?
Il est encore difficile de produire des films indépendants en Chine. Bien qu'il y ait beaucoup d'investisseurs en raison du développement rapide de la Chine, cela ne génère pas plus d'opportunités pour les films d'auteur indépendants chinois, en particulier pour les cinéastes de la génération de Ming Zhang. C'est un réalisateur indépendant sérieux et persévérant. Cependant, il a du mal à trouver des fonds pour ses projets artistiques car les bailleurs de fonds se concentrent sur les jeunes talents comme Bi Gan. Sans doute que le fait de produire des premiers films avec des budgets plus faibles est plus intéressant pour eux. Ming Zhang est un peu considéré comme un "vieux" réalisateur apparu avant Jia Zhangke, et son cinéma est plus personnel, avec un style poétique calme, et peu d'éléments dramatiques. C'est très différent des films de Jia Zhangke et c'est très difficile de trouver des financeurs. Même si le budget de notre film est inférieur à 1 M€. Alors que tout était bouclé et que nous avions commencé à tourner, notre investisseur a disparu. Je me suis endettée pour payer les salaires de l'équipe afin de terminer le film et j'ai commencé à chercher de nouveaux investisseurs en montrant le premier montage. Heureusement, iQIYYI m'a sauvée. Telle est la réalité de la production cinématographique indépendante en Chine. 

Depuis combien de temps travaillez vous avec Ming Zhang ?
Notre projet a été sélectionné pour le marché des projets Golden Horse en 2014. Nous travaillons ensemble depuis plus de trois ans. 

Qu'est ce qui vous a séduit dans son projet ?
Son film est unique, avec une liberté et un langage cinématographique d'un style esthétique très mûr. Il a été influencé par l'esprit de la nouvelle vague et ses longs reflètent toujours la vérité, la vraie réalité de la Chine avec un style poétique très paisible qui a un sens caché. 

Où le film a-t-il été tourné ?
Au milieu de la Chine, dans les montagnes de Shen Nong Jia. C'est une région considérée comme étant le lieu de naissance des cultures préhistoriques chinoises. 

Aller à Cannes est important pour vous ?
Bien sûr ! Très important pour notre film et pour Ming Zhang. Ce sera une nouvelle opportunité pour un vétéran du cinéma d'art et d'essai. Lorsque la sélection a été annoncée, nous avons été contactés par plus de 20 sociétés de vente. C'est la force des manifestations de niveau A ! Le pouvoir d'attraction étonnant du Festival de Cannes envers les talents et les maîtres du 7e art mondial.

Recueilli par Patrice Carré
© crédit photo :


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici