Cinéma

Lumière MIFC 2018 - La Pologne restructure sa politique de numérisation

Date de publication : 19/10/2018 - 08:38

Le coup de projecteur organisé sur le pays invité de cette 6e édition du Marché du film classique fut l’occasion de se focaliser sur le dispositif Digital Poland, un projet ambitieux de numérisation du patrimoine polonais lancé cette année et qui se prolongera jusqu’en 2020.

À l’honneur de cette édition 2018 du volet professionnel de Lumière, la Pologne fut l’objet d’un focus ce mercredi 17 octobre au village MIFC. Une conférence fut l’occasion d’aborder en profondeur le dispositif Digital Poland. Soit un projet de numérisation globale du patrimoine culturel polonais lancé par le Polish Film Institute, qui intervient après une succession d’initiatives institutionnelles prises depuis la fin des années 2000, et qui se prolongera entre 2017 et 2020.
Le projet, budgété à plus de 26 M€ au total, est soutenu à 84,6% par des fonds de l’Union européenne – soit 18,2 M€ –, et la participation active des sept principaux studios de production de Pologne : WFDiF, SFR, KADR, Tor, Studio Minuatur Filmowych, Zebra Studio Filmowe et Kronika ; mais également les archives du film du pays, la Fina.

Cette dernière possède une collection de 4 000 longs métrages, 100 000 documentaires et courts, 2 000 films d’animation et expérimentaux et 19 000 contenus vidéo et audio, tous datant d’après la Seconde Guerre mondiale. Le pays a en effet perdu 95% de sa production d’avant-guerre. Pas moins de 17% de cette collection seront numérisé par le biais de Digital Poland. Durant l’opération, la Fina préparera et fournira aux quatre équipes de restauration mobilisées (Fina, DI Factory, Fixa Films et WFDiF), pas moins de 10 000 bobines en tout genre. L’étalonnage sera pratiqué par les laboratoires Nucoda et Resolve.

L’ambition du projet est de développer structurellement une économie ou du moins une valorisation du patrimoine polonais dans un marché aujourd’hui principalement numérique. "Ce projet de numérisation est pertinent pour un pays comme le nôtre, encore en manque d’infrastructure", a témoigné Joanna Linpinska, spécialiste en restauration et en production du studio Tor, qui a participé à la table ronde.

Sylvain Devarieux
© crédit photo : Le départ de Jerzy Skolimowski - ©Malavida


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici