Cinéma

CONNeXT 2019 - "My Dad Is a Sausage", premier long métrage d'Anouk Fortunier

Date de publication : 10/10/2019 - 08:50

Cette comédie remplie de tendresse sur une relation père-fille a ouvert les sessions de Work in Progress.

Le cheminement du film est assez particulier. Le scénario, tiré d’une nouvelle d'Agnès de Lestrade, était au départ écrit par Jean-Claude Van Rijckeghem, producteur avec Dries Phlypo au sein d'A Private View. De son côté, Anouk Fortunier avait réalisé deux courts métrages, dont Strange Bird. "Jean-Claude et Dries ont vu mon court dans un festival. Une relation père-fille centrée sur une figure paternelle qui divague quelque peu. Et ils m’ont contacté pour me proposer le film." My Dad Is a Sausage débute lorsqu’un cadre de banque décide de tout plaquer pour jouer la comédie. Alors que toute la famille est effondrée par ce choix, seule sa fille Zoé va croire en lui et l’accompagner à ses auditions.

"C’est une histoire pleine d’amour, une famille un peu névrosée, tout ce que j’aime. J’ai commencé par réécrire le scénario avec Jean-Claude, ce qui a pris un certain temps puisque nous avons tourné la 13e version." Réunir les 2,16 M€ du budget s’est fait progressivement, le Vaf soutenant notamment le projet à chaque étape, tandis qu’arrivaient des partenaires néerlandais (The Film Kitchen) et allemands (Leitwolf Filmproduktion). "J’avais envie que ce personnage, interprété par Johan Heldenbergh, soit touchant même affublé d’un costume de saucisse. C’est l’histoire d’un homme qui n’arrive plus à vivre avec lui-même. Et en voyant Johan sur le plateau, j’ai parfois pensé à mon père."

Le tournage, qui s’est déroulé quasi intégralement à Gand, s’est terminé le 20 septembre, un premier bout-à-bout de plusieurs séquences ayant été montré lors du WIP. Le montage devrait durer jusqu'en janvier, tandis que seront réalisées en parallèle plusieurs séquences animées. Le film devait être achevé en avril, pour une sortie fin 2020. "De plus en plus de femmes passent à la réalisation. Je pense que c’est une réflexion qui a traversé le cinéma flamand et, à présent, tout le monde y prête une grande attention."

Patrice Carré
© crédit photo : Patrice Carré


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici