Cinéma

Coronavirus : Annecy reporte l’annonce de sa sélection

Date de publication : 17/03/2020 - 17:38 - Modifié le 18/03/2020 - 14:25

(Modifié) - Le Festival international du film d’animation repousse en avril la communication d’une partie de sa sélection officielle et étudie plusieurs scénarios pour l'édition de 2020.

En raison de l’actualité liée au Covid-19, "le Festival international du film d’animation a décidé de repousser en avril l’annonce d’une partie de sa sélection officielle prévue ces prochains jours : courts métrages, films de fin d’études, films de télévision et de commande et œuvres VR afin d’offrir le meilleur écho aux œuvres sélectionnées", a fait savoir mardi 17 mars l’équipe de Citia, l’établissement organisateur de la manifestation.

La direction de Citia souligne en outre poursuivre "activement la préparation d’Annecy 2020 en télétravaillant", et recommande à ceux qui voudraient la joindre de le faire "exclusivement par courriel ou via info@citia.org".

L’édition 2020 du festival, qui fête ses 60 ans, est programmée entre le 15 et le 20 juin, le marché international du film d’animation (Mifa) devant avoir lieu du 16 au 19 juin. Comme le Sunny Side, le marché international du documentaire attendu entre le 22 et le 25 juin, à La Rochelle, Annecy a pour lui le temps, contrairement à d’autres événements qui doivent trancher maintenant.
Pour autant, en attendant le prochain conseil d’administration de Citia, prévu mi-avril, où sera prise une décision, Mickaël Marin, son directeur, réfléchit déjà à plusieurs hypothèses. Quand bien même les conditions sanitaires permettraient de maintenir le rendez-vous, "on peut difficilement imaginer que l’édition 2020 soit celle qu’on avait imaginée avant le coronavirus", observe-t-il.

Un "dimensionnement différent que celui initialement prévu" est l'une des pistes pour proposer une édition anniversaire malgré tout à la hauteur. Les indicateurs actuels sont réconfortants : comparé à la même période l’an dernier, "nous sommes à nouveau en avance en terme d’accréditations", explique Mickaël Marin, et à ce jour, le nombre d’annulation est "à la marge". Le Mifa, qui s’est encore agrandi, est quasiment rempli… "A tous égards, nous étions sur une année extraordinaire".

En cas d’impossibilité de proposer la manifestation en juin, Mickaël Marin n’exclut pas son report. A condition de parvenir à contourner deux difficultés : le calendrier mondial des autres événements du secteur pour les professionnels, et la disponibilité de Bonlieu, centre névralgique du festival. "Bonlieu est une scène nationale", rappelle le directeur de Citia, donc si ses salles peuvent être libres un jour par ci par là, il est rare qu’elles le soient sur une semaine, la durée requise pour le festival. En outre, la date d’un éventuel report ne devrait pas avoir lieu trop tard dans la saison, afin de laisser un laps de temps suffisant avec l’édition de juin 2021.
L’option numérique, à l’instar des choix déjà opérés par certains, "n’est pas envisageable" en revanche. "Nous sommes très attachés à la dimension humaine et à la rencontre, l’essence même des festivals. Le public a besoin d’être en salles, pour voir les films".

Dans l'hypothèse où l'édition de 2020 devrait être annulée, Mickaël Marin a déjà en tête de proposer un Hivernal Festival "très fort". Lancé en décembre 2019, le rendez-vous, prioritairement dédié au public local, renforcerait ainsi ses avant-premières, en concertation avec les distributeurs pour qui cette rampe de lancement pourrait être la bienvenue, à l’heure où les plannings de sortie de leurs films sont complètement bouleversés.

Emmanuelle Miquet
© crédit photo : Citia


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici


Recevez nos alertes email gratuites

s'inscrire