Cinéma

Bilan 2019 : 301 films produits, et des financements en baisse pour les majoritaires français

Date de publication : 31/03/2020 - 15:24

Le CNC a publié son étude sur la production cinématographique agréée en 2019.

240 films d’initiative française agréés

En 2019, le nombre de films agréés est resté stable à 301 films (+ 1 film), dont 240 films d’initiative française (+1,3 %, soit + 3 films). Il s’agit du plus haut niveau de films d’initiative française (FIF) de la décennie. Le nombre de longs métrages à majorité étrangère est stable, à 61 films (- 2).
Les premiers et deuxièmes films représentent 51,7 % de la production d’initiative française en 2019, un niveau stable.
Un niveau toujours élevé de coproductions internationales
Le nombre de longs métrages coproduits à l’étranger reste stable et élevé : 116 films au total, dont 61 FIF (contre 63 en 2018) et 55 à majorité étrangère (comme en 2018), avec 35 pays différents. La Belgique reste de loin le premier partenaire de coproduction, avec 34 films (61,8% des coproductions), suivi de l’Allemagne qui fait une belle remontée avec 14 films (+9), le Canada avec 5 films (+3), l’Italie avec 4 films (+2), la Suisse avec 4 films, et le Luxembourg avec 3 films (-4).

Baisse des investissements dans les films d’initiative française

En 2019, les investissements pour l’ensemble des films français agréés sont restés stables (- 0,8 %) à plus de 1,116 Md€. En revanche, les investissements dans les FIF diminuent plus nettement de 5,6 % à 903 M€ en 2019. Les investissements français reculent de 7,8%, à 820,92M€, tandis que les investissements étrangers augmentent de 24,3%, à 82,51M€.
Avec la diminution des investissements, le devis moyen des FIF s’affaisse encore de 6,8%, pour s’établir à 3,76M€, et le devis médian recule de 12,5%, à 2,35M€. Sur les dix dernières années, le devis moyen des FIF diminue en moyenne de 4,1 % par an.

Augmentation des films à petit budget

La production 2019 est de nouveau marquée par l’augmentation du nombre de FIF dont le budget est inférieur à 4 M€ : 161 films en 2019 contre 148 films en 2018. Ils représentent 67,1% des FIF. Il faut toutefois souligner l’accroissement parallèle du nombre de films qui ont un devis inférieur à 1 M€ (74 titres soit cinq de plus qu’en 2018) et de ceux qui ont un devis supérieur à 7 M€ (36 soit trois films de plus qu’en 2018).

Recul des investissements des chaînes

Les investissements des chaînes de télévision diminuent de 3 % : ils ne représentent plus que 273 M€ (un montant qui était de 389M€ en 2010), dans 171 films (quatre films de moins qu’en 2018), dont 153 FIF. Sur les films agréés, Canal+ a engagé un montant en baisse de 6,9%, à 106,23M€ pour 120 titres, comme en 2018, dont 109 FIF. Son taux de couverture de devis est de 13,6%. Ciné+ a investi 18,73M€ (+4,1%) dans 124 longs métrages dont 112 FIF, avec un taux de couverture de 2,6%. OCS a apporté 26,32M€ (-3,5%) dans 41 films dont 40 FIF, avec un taux de couverture de 11,7%.
Les investissements des diffuseurs en clair sont stables à 121,9M€, pour 108 films dont 99 FIF. TF1 couvre 23% en moyenne du devis d’un film, M6 17,8%, France 2 13,8%, France 3 10,7%, Arte 10,1% tandis que les six chaînes de la TNT qui ont investi en 2019 (pour un montant total de 8,40M€) l’ont fait pour un taux de couverture de 3,2%.

Le nombre de films sans financement de chaînes de télévision augmente à 130 films agréés en 2019, soit le plus haut niveau de la décennie (cinq films de plus qu’en 2018). Ce sont donc plus de 36% des films d’initiative française qui se produisent sans chaîne de télévision en 2019, 77 % ont un devis inférieur à 1 M€ et plus de 41 % sont des premiers films.

Parmi les autres sources de financements, les financements publics à destination des films d’initiative française (soutien automatique et soutiens sélectifs du CNC + aides régionales) sont en recul de 8,1 % en 2019 et s’établissent à 81,62 M€. Les soutiens du CNC (automatique et sélectifs) diminuent de 7,3 % à 59,72 M€ et ceux des régions reculent de 10,0 % à 21,90 M€.

A noter que 45,5 % du soutien automatique a été mobilisé par dix sociétés en 2019 : Pathé Films, Gaumont, TF1 Films Production, M6 Films, France 2 Cinéma, Les Films du 24, Quad+Ten, SNC Audiovisuel MC, Why Not Productions, Mars Films. Les autres principaux bénéficiaires du soutien constituent un noyau central de 43 sociétés qui totalisent 32,1 % du soutien total mobilisé en 2019. 235 sociétés se partagent les 22,5 % du solde de soutien investi en 2019.

Parmi les autres financements, les mandats d’exploitation ont diminué de 11%, pour atteindre un total de 130,28M€. Soit le niveau le plus bas de la décennie. Ce montant total des mandats était de 206,25M€ en 2010 et s’est élevé jusqu’à 273,76M€ en 2013. Parmi les 190 FIF qui ont comptait des mandats en 2019, 102 FIF ont été monté avec un mandat groupé (62,34M€, - 11,8%), 77 avec un mandat salles (18,15M€, +9,3%), 18 avec un mandat vidéo (dont le montant total s’effondre à 0,9M€, -74,8%) et 121 un mandant étranger (35,23M€, -12,1%)

Hausse du nombre de documentaires et de films d’animation

La production de films documentaires reste dynamique en 2019 avec 56 films d’initiative française, soit sept films de plus qu’en 2018, soit le plus haut niveau depuis plus de 25 ans (dont le devis moyen atteint 0,57 M€). Parallèlement, dix films d’animation sont agréés dont cinq FIF pour un devis moyen de près de 6 M€.

Le crédit d‘impôt cinéma

175 films ont fait une demande d’agrément provisoire du crédit d‘impôt cinéma en 2019, soit cinq de plus qu’en 2018. Ils représentent 72,9% des films agréés. Ce dispositif continue de renforcer la part des dépenses réalisées en France : 87% des FIF ont y réalisé plus de 70% de leurs dépenses.

Tournages, post-production et effets visuels numériques

En 2019, les films de fiction d’initiative française totalisent 4 827 jours de tournage sur le territoire français soit une progression de 2,2 %. Et ils ont réalisé 1288 jours de tournage à l’étranger, en baisse de 15,5%. Un tournage de FIF a duré en moyenne 34 jours comme en 2018.

Côté post-production, la plupart des 240 FIF ont effectués leurs travaux dans des laboratoires en France. 19 ont été post-produits dans des laboratoires étrangers (14 films en 2018 et 5,9 %). Parmi ces 19 films, 11 l’ont été dans des laboratoires belges.

Les travaux de postproduction "son" ont été plus souvent effectués à l'étranger : c’est le cas de 42 FIF (24 en 2018). Là aussi, la Belgique (24 films) est le principal pays de localisation de ces travaux.

Parmi les 200 films qui présentent des effets visuels numériques, ces travaux sont effectués à l’étranger pour 26 films (13,0 %). Avec 19 films, la Belgique est aussi le principal pays de localisation de ces travaux.
Pour 44,3 % des films à majorité étrangère (27 films sur 61), la postproduction a été confiée à des laboratoires français (39,7 % en 2018). Des auditoriums français ont également participé à la production de 27 films à majorité étrangère (30 films en 2018). 17 films à majorité étrangère ont fait l’objet de travaux d’effets visuels numériques en France.

Les sociétés de production les plus actives

222 entreprises différentes ont produit les 240 FIF agréés en 2019, parmi lesquels 53 productions co-déléguées sont dénombrées.
Le secteur de la production cinématographique reste peu concentré, note le Centre. Gaumont avec six films (dont quatre en coproduction co-déléguée) et Rectangle Productions avec également six films (dont deux en coproduction co-déléguée) sont les sociétés les plus actives en 2019. Le devis moyen des films produits par Gaumont est de 12,6 M€ et celui des films produits par Rectangle Productions est de 8,39 M€. Vient ensuite Curiosa Films avec quatre films.

Retrouvez l'étude complète Bilan 2019 Production cinématographique ici.

Photo : La bonne épouse de Martin Provost, un des 240 FIF agréés en 2019

Sarah Drouhaud
© crédit photo : Carole Bethuel / Les Films du kiosque


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici


Recevez nos alertes email gratuites

s'inscrire