Télévision

Annecy 2018 – L’Écas, un modèle qui s’exporte

Date de publication : 13/06/2018 - 11:25

L’École Cartoucherie Animation Solidaire va connaître plusieurs déclinaisons.

Un an après son lancement, à Annecy, l’École Cartoucherie Animation Solidaire (Écas), formation gratuite initiée par le studio TeamTO, pour pallier la pénurie d’animateurs 3D, suite aux différentes réformes de la filière en France, confirme l’attractivité du dispositif. Dans le courant du premier semestre 2019, devrait ainsi s’ouvrir l’Écas Hauts-de-France. Elle sera adossée à Studio Redfrog, implanté à Lille. La société a, dans ce cadre, signé une joint-venture avec le centre de formation professionnelle Rhinoceros.

Hors de l’Hexagone, des discussions sont également en cours avec Studio 6 (Honoré Essoh), en Côte d’Ivoire, à Abidjan. Le projet est toutefois suspendu au financement de la formation. S’il se concrétise, "nous lui apporterons un soutien logistique, comme par exemple un directeur d’animation", explique Guillaume Hellouin, président de TeamTO à l’origine du concept de l’Écas.

Les annonces ne devraient pas s’arrêter là. D’autres studios s’intéressent au modèle, en France et aux États-Unis, à Los Angeles, plus précisément, indique Guillaume Hellouin (à gauche, sur la photo, avec Carole Toledo, directrice du studio TeamTO de Bourg-lès-Valence, et Lahcen Bahij, président producteur de Studio Redfrog). L’exportation de l’Écas – qui devient une marque – avait été anticipée. Que l’initiative essaime est une satisfaction pour son instigateur. Condition sine qua non pour qu’il donne son feu vert : l’adhésion du studio aux valeurs de la charte Écas et une contribution symbolique en échange de laquelle sera transmis le matériel pédagogique. Dans le package, figure également le logiciel d’animation Rumba, codéveloppé spécifiquement par TeamTO et Mercenaries Ingeneering et amené à être commercialisé courant 2019.

"Nous avons la volonté d’étendre l’Écas à d’autres métiers", poursuit Guillaume Hellouin. Storyboarders ou d’autres métiers de l’infographie sont cités en exemples. Ces nouvelles formations pourraient être proposées à partir de 2020.

Interrogé sur l’impact que pourrait avoir la suppression de France 4 sur l’industrie et, par ricochet, les besoins en terme de formation, "le mouvement ne va pas s’arrêter là, estime Guillaume Hellouin. Sur le marché de la série TV, la demande est en train d’exploser. C’est évident que France 4, ce n’est pas la meilleure nouvelle de la semaine, mais le marché est mondial. Le risque concerne davantage la production déléguée française, pas la production exécutive (qui, chez TeamTO, représente 60% de l’activité, Ndlr)."

La première promotion des 31 élèves de Bourg-lès-Valence (Drôme) sortira le 5 août, après sept mois de formation. Les tests pour le prochain recrutement sont désormais en ligne. Pour cette deuxième session, "nous repartons sur 30 animateurs. On s’autorisera de monter à 35 ou 40 selon les résultats", observe Guillaume Hellouin. Ce faisant, l’objectif de 50 que s’est fixé l’Écas, à terme, serait alors presque atteint. Créée en partenariat avec l’École de la seconde chance, la formation est actuellement financée par la région Auvergne-Rhône-Alpes (72%), TeamTO (14%), la Fondation de France (10%) et Valence Roman Agglo (4%). Elle vient d’obtenir le label Campus numérique hors les murs.

Emmanuelle Miquet
© crédit photo : Emmanuelle Miquet


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici