×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 67

Cinéma

UniFrance : le point sur la circulation des films international (salles, VàD) au 17 avril 2020

Date de publication : 21/04/2020 - 09:20

Dans le contexte de pandémie de Covid-19, les informations concernant la circulation des films français à l’international se raréfient. Aucune nouvelle sortie en salle d’un film majoritairement français n’est à signaler pour la semaine du 3 au 9 avril. UniFrance continue toutefois à recenser les actualités dans le monde, territoire par territoire. Et notamment celle en VàD, en plein essor pendant cette période de confinement quasi mondial. La VàD qui devient aussi, pour les festivals, un substitut de dernière minute et quelques films trouvent là une possibilité de visibilité, à défaut de sortir en salle, sans attendre les réouvertures des salles.

Les prévisions de réouverture s’affinent actuellement et, si personne ne se risque encore à donner des dates précises, le milieu de l’été est le moment le plus évoqué. La situation est certes toujours à l’arrêt, mais le temps arrive où les exploitants, les distributeurs, mais aussi les producteurs, les vendeurs et les festivals s’autorisent à envisager une reprise concrète de leurs activités.

En attendant, pmendant la semaine du 3 au 9 avril 2020, les films français ont généré 2 500 entrées hors France (16 500 € de recettes). La récession se poursuit : on comptabilise 2 fois moins de spectateurs et de territoires que la semaine précédente, le nombre de titres descend sous les 20 unités et chaque film engendre en moyenne seulement une centaine de billets.

Pour la 1re fois, aucun démarrage d’une production majoritairement française à l’international n’est recensé.

La coproduction franco-italienne Martin Eden (minoritaire) est une des 3 nouvelles sorties de la semaine et le film hexagonal le plus vu – 837 spectateurs à Taïwan (Swallow Wings Films – 4 500 €). Seuls 5 autres titres dépassent les 100 entrées hebdomadaires, dont Donne-moi des ailes (photo), premier parmi les productions majoritairement françaises, qui cumule 402 entrées sur l’île de Taïwan (Cola Films – 1 700 entrées et 10 500 € au total).

La moitié des entrées de la semaine viennent de Taïwan, suivi de la Corée du Sud (760) et de la Suède (400). En revanche, en nombre de films exploités, c’est le pays scandinave qui affiche la plus grande diversité (11), devant Taïwan (5) et la Corée du Sud (4). La fréquentation locale accuse un nouveau coup : cette semaine, le top 20 taïwanais totalise 56 000 billets (contre 90 000 il y a 7 jours) et le sud-coréen 84 000 (contre 118 000). En Suède, c’est à Stockholm qu’on trouve quelques séances en salle.

Le 7 avril, les autorités japonaises ont annoncé l’état d’urgence dans 7 préfectures du pays, dont celles de Tokyo et d’Osaka. Un nouveau marché va s’ajouter à la (très) longue liste de nations qui ont approuvé des mesures similaires.

En réalité, hormis les Suédois, un pays fait cavalier seul : la Biélorussie. Même si nous n’avons pas accès au box-office local, les productions françaises C’est quoi cette mamie ?!, Cuban Network, Docteur ?, La Communion et Pour l’éternité sont à l’affiche des salles de Minsk, tout comme des blockbusters états-uniens (En avant, Invisible Man, Les Trolls 2 – Tournée mondiale et The Gentlemen) ou russes (Hotel Belgrad). La Biélorussie souffre évidemment du manque de nouveaux titres, amplifié par les liens étroits avec le marché russe qui a arrêté l’activité des cinémas.

Pendant la semaine en objet, les films français ont généré 2 500 entrées hors France (16 500 € de recettes). La récession se poursuit : on comptabilise 2 fois moins de spectateurs et de territoires que la semaine précédente, le nombre de titres descend sous les 20 unités et chaque film engendre en moyenne seulement une centaine de billets.

Évolution des sorties et des entrées des films français à l’international du 28/02 au 09/04 2020







Semaine 9
(28/02>05/03)
Semaine 10
(06>12/03)
Semaine 11
(13>19/03)
Semaine 12
(20>26/03)
Semaine 13
(27/03>02/04)
Semaine 14
(03>09/04)
Nombre de films 104 108 80 34 25 19
Nombre de sorties 250 250 157 52 28 20
Nombre de territoires 46 51 30 12 6 3
Entrées totales 766 480 490 441 162 735 51 578 5 878 2 540
Recettes totales 4 762 172 € 3 168 206 € 826 814 € 217 001 € 35 431 € 16 782 €
Top 10 films
(% des entrées)
79 %  73 %  81 % 93 % 90 % 93 %
Moyenne entrées/film 7 370 4 541 2 034 1 517 235 134
Moyenne entrées/sortie 3 066 1 962 1 037 992 210 127

PAYS FRANCOPHONES

Selon un rapide sondage auprès des exploitants des pays francophones sur les prévisions de réouverture des salles de cinéma, c’est bien sûr l’incertitude qui domine. Si, en Belgique, les exploitants se caleront sur la date française, en Suisse, ils attendent les mesures qui devraient être annoncées par la Confédération jeudi 16 avril, mais la réouverture des salles ne semble pas être à l’ordre du jour. Au Québec, beaucoup regardent du côté des États-Unis car, au-delà de l’ouverture des portes, c’est la disponibilité des films qui interroge. Pour les exploitants plus spécialisés dans le cinéma français, 2 scénaros sont étudiés : l’un, optimiste, envisage une réouverture en juin, l’autre en septembre, mais, dans les 2 cas, il y a un vrai doute sur l’attitude du public ; les prévisions sont plutôt de 25 % de revenus de l’année précédente les 3 premiers mois, puis 50 % et 75 % pour chaque trimestre suivant. La pleine reprise ne se fera donc pas avant plusieurs mois. Enfin, au Maghreb, le mois de Ramadan, qui commencera le 24 avril, n’arrangera pas la situation et les salles resteront fermées jusqu’au mois de juin.

AMERIQUE DU NORD

QUÉBEC 

La SODEC a renforcé son dispositif d’aide pour offrir aux entreprises culturelles québécoises outils et dispositifs de soutien afin de faciliter le maintien des activités et la préparation de stratégies de relance. Concrètement, elle a lancé le Programme d’aide au développement entrepreneurial, autrement dit de nouvelles ressources financières pour essayer de s’en sortir. Le programme complet est disponible sur le site de la SODEC et les demandes doivent parvenir par le biais du portail électronique de dépôt sécurisé [email protected]ès.

Plein(s) Écran(s) donne carte blanche aux festivals annulés ! À partir du mois d’avril, Plein(s) Écran(s) est de retour avec une offre cinématographique en collaboration avec des festivals de courts-métrages québécois. Le festival Plein(s) Écran(s), qui se terminait en janvier dernier, a enregistré une année record lors de sa dernière édition avec près de 3,7 millions de visionnages. Une carte blanche du festival Vues sur mer à Gaspé permettra ainsi au public de visionner une sélection de courts-métrages initialement intégrés à la programmation du festival, qui devait se tenir du 16 au 19 avril à Gaspé. Le concept est simple : un court par jour du 17 au 19 avril, diffusé pendant 24 heures et à accès gratuit en ligne sur la page Facebook de Plein(s) Écran(s) et en simultané sur celle de la page du festival invité.

L’édition 2020 de Vues d’Afrique, rendez-vous du cinéma africain et créole en Amérique du Nord, s’est adaptée aux circonstances et a su trouver un partenaire de premier plan pour diffuser les œuvres sélectionnées. En effet, TV5 offre sa collaboration pour que les festivaliers puissent voir les films gratuitement via sa plateforme www.tv5unis.ca. Les films seront donc accessibles pour une période de 48 heures selon une grille horaire qui sera dévoilée prochainement.

AMERIQUE LATINE

ARGENTINE

L’INCAA propose aux films nationaux qui avaient déclaré, avant la quarantaine, une sortie au 2e trimestre 2020 de maintenir l’aide à la distribution si le film sort en VOD directement sur la plateforme de l’INCAA, CINE.AR PLAY. En temps normal, cette aide impose une sortie en salles. Les producteurs et distributeurs ayant opté pour un lancement sur la plateforme mettront leur film à disposition gratuitement pendant une semaine afin d’accéder à l’aide, puis ils pourront le maintenir sur la plateforme au prix de 30 ARS (0,42 €) par transaction, ou le retirer pour le sortir en salles plus tard.

BRÉSIL

Netflix a annoncé le don de 5 millions BRL (environ 900 000 €) à un fonds d’urgence pour soutenir les travailleurs de l'audiovisuel touchés par la crise. Le fonds est géré par l’Institut brésilien du contenu audiovisuel (ICAB).

COLOMBIE

L’exploitant Cine Tonalá a annoncé la possible fermeture définitive des 2 salles de Bogota. Avec une économie déjà très fragile, la fermeture du lieu pendant un temps indéterminé met les salles dans une situation impossible à maintenir. Les dirigeants demandent de l’aide aux spectateurs, que ce soit en termes financiers ou en apport d’idées, pour que le lieu puisse continuer d’exister.

ÉQUATEUR

Le cinéma d’art et d’essai de Quito, Ocho y medio, met en place un programme de films en ligne appelé « Kinetoscopio – Kédatencasa » : chaque jour à 17h, un film surprise équatorien ou international est proposé sur leur site pour un temps limité. Ocho y medio est également distributeur et les 2 salles du cinéma programment tous les films d’auteur distribués dans le pays.

MEXIQUE

Comme au Brésil, Netflix propose une aide de près de 1 M$, gérée par l’Academia Mexicana de Artes y Ciencias Cinematográficas (AMACC), pour soutenir les techniciens de l’audiovisuel mexicains.

ASIE

CORÉE DU SUD

La fréquentation au plus bas en Corée du Sud. Pour la première fois depuis que la collecte de la fréquentation a été mise en place en 2004, les entrées totales d’un week-end sont passées sous la barre des 80 000 entrées. En effet, seulement 79 711 spectateurs se sont rendus au cinéma les 11 et 12 avril. 

Les réseaux CGV et Lotte Cinemas, les 2 leaders de l’exploitation en Corée, ont refusé de projeter Les Trolls 2 – Tournée mondiale, un film d’animation d’Universal Pictures qui souhaite le sortir simultanément en salle et en TVOD le 29 avril prochain. En 2017, ces deux chaînes avaient boycotté le film Okja de Bong Joon Ho face au refus de Netflix de leur accorder 2 semaines d’exclusivité. Comme pour Okja et d’autres titres Netflix, Megabox devrait être la seule chaîne de multiplexes en Corée du Sud à diffuser Les Trolls 2 – Tournée mondiale, pour lequel des vedettes de K-pop prêtent leur voix aux personnages principaux du film.

Un succès surprise en VOD trouve le chemin des salles. La comédie d’action coréenne Justice High avait vu sa sortie en salle retardée par l’épidémie de Covid-19 avant que son distributeur ne fasse le choix de le lancer en TVOD le 5 mars dernier. Face au succès rencontré par le film en VOD, celui-ci est finalement sorti en salle, y compris dans les cinémas du réseau CGV, le 9 avril.

JAPON

Initiatives de soutien aux mini theaters japonais. Alors que l’état d’urgence déclaré dans 7 préfectures japonaises, dont celles de Tokyo et d’Osaka, le 7 avril dernier a entraîné la fermeture des salles pour un mois, plusieurs initiatives ont été lancées pour attirer l’attention sur la situation et le danger encouru par les salles indépendantes du pays. Parmi celles-ci, la pétition SAVE the CINEMA, initiée par les organisations Japan Community Cinema Center et Independant Cinema Guild of Japan, appelle le gouvernement et le parlement à prendre des mesures de soutien financier en direction des petites salles d’art et d’essai du pays, appelées mini theaters, et met en avant les mesures prises par les autorités allemandes pour soutenir le secteur de la culture. Les cinéastes Hirokazu Kore-eda, Nobuhiro Suwa et Ryusuke Hamaguchi figurent parmi les signataires. Autre initiative, Save Our Local Cinemas, une action lancée par 13 cinémas de la région du Kansai qui prévoit la mise en vente de t-shirts de soutien au cinéma. Les recettes de ces ventes iront aux 13 cinémas concernés.

MALAISIE

Suppression d’emplois chez iflix. La presse malaisienne se fait l’écho de la suppression d’emplois au sein de cette plateforme SVOD et AVOD transrégionale et basée à Kuala Lumpur. Plus de 50 emplois seraient concernés par ce plan qui arrive dans une période que l’on pourrait penser comme propice pour les plateformes de diffusion en ligne et qui a vu HooQ, l’un des principaux concurrents d’iflix, annoncer sa mise en liquidation. Parallèlement, dans un courrier à ses actionnaires, la direction d’iflix indique un record de 21 millions d’utilisateurs actifs, en progression de 42% depuis le début de l’année. De plus, elle vise à l’équilibre financier pour 2021.

EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE

RUSSIE

Le Festival international du film de Moscou (22-29 avril) a été reporté (1er-8 octobre).

EUROPE OCCIDENTALE

ALLEMAGNE

Le Stuttgart Festival Of Animated Films va opter pour une édition virtuelle qui se tiendra du 5 au 10 mai (OnlineFestival.ITFS.de). Un tiers du festival sera gratuit et le reste payant, avec un accès au programme de cette année ainsi qu’à un best of des films des éditions passées et à des événements live tels que panels, interviews, les cérémonies d’ouverture et de clôture, des workshops, des lectures et des animations proposées par des écoles et des studios. La partie OnlineFestival Pro s’adressera aux professionnels, avec son marché de coproduction et de financement, workshops et séances de pitching.

Création du Corona Short Film Festival, festival en ligne qui sera dédié aux films réalisés en quarantaine et dont la longueur maximale ne devra pas dépasser 5 minutes. Les films peuvent être soumis jusqu’au 25 avril. Plusieurs prix seront remis à l’issue de cette première édition. Claire Burger fait partie du jury et les 2 films récompensés d’un 1er prix de 1 500 € et d’un 2e de 500 € seront distribués et vendus à l’international par Interfilm Berlin, partenaire du festival.

DANEMARK

La première édition virtuelle de CPH:DOX (18-29 mars) semble s’être déroulée de manière très satisfaisante d’après sa directrice Tine Fischer, qui intervenait dans un panel virtuel sur l’avenir des festivals face au Covid-19 organisé par Screen le 9 avril dernier. La version digitale n’a pas été simple à mettre en place car tout s’est fait au dernier moment, mais cela a en effet permis de toucher un public beaucoup plus large qui en temps normal ne se serait pas déplacé. Bilan détaillé à venir.

ESPAGNE

Plusieurs films sortiront directement en VOD sur la plateforme Filmin : le distributeur La Aventura Audiovisual propose Les Bonnes Manières de Juliana Rojas et Marco Dutra (coproduction minoritaire française) dès le 15 avril, tandis que Filmin lance 2 titres en tant que distributeur sur sa plateforme (Un couteau dans le cœur de Yann Gonzalez le 3 avril et The Perfect Candidate d’Haifaa Al Mansour le 10 avril). 2 films espagnols seront également distribués sur Filmin : Asamblea d’Álex Montoya (15 avril) et Pullman de Toni Bestard (24 avril).

La Salle virtuelle de cinéma d’A Contracorriente permet aux salles participantes (souvent des salles d’art et d’essai) de proposer à leurs membres des nouveaux films. 76 salles participent à l’initiative. A Contracorriente, étant exploitant des salles Conde Duque et Verdi, souhaite garder le contact avec son public grâce à ces sorties. Plusieurs distributeurs espagnols contactent A Contracorriente pour proposer des nouveaux films, mais, pour le moment, ils préfèrent faire l’essai sur leurs propres films avant de proposer ce service.

La hija de un ladrón de Belén Funes a gagné le festival online de Mujeres de Cine. Les 15 films de la compétition étaient proposés au tarif de 5,95 € depuis la plateforme Mujeres de Cine.

Le festival D’A Barcelone ne sera finalement pas annulé ni reporté, mais se tiendra en ligne du 30 avril au 10 mai grâce à un partenariat avec la plateforme espagnole Filmin. Le Talents Award de 10 000 € récompensera un 1er, 2e ou 3e film. Ce prix incarne en effet l’esprit du festival qui s’attache à sélectionner le meilleur du jeune cinéma international indépendant.

Malaga WIP (work in progress) est une plateforme sur laquelle étaient présentés en ligne du 23 mars au 10 avril des projets dans leur phase de pré-production, dans le cadre du volet industrie du Festival de Malaga, dont les dates ont été repoussées. D’autre part, créé à l’initiative du Festival de Malaga et du Filmmarket Hub (marché de coproduction à l’année), le MAFF (the Malaga Festival Fund & Co-Production Event) est une plateforme de pitching qui se tiendra en ligne du 27 avril au 10 mai.

NORVÈGE

Le maintien du Festival de Haugesund, dont les dates de la 48e édition sont prévues du 15 au 21 août, est encore incertain. La Norvège, qui a connu un nombre de décès liés au Covid-19 relativement faible, commence progressivement à sortir de son confinement avec la réouverture des crèches prévue le lundi 20 avril et celle des écoles primaires la semaine suivante. Le gouvernement a annoncé l’annulation de toute manifestation culturelle jusqu’à mi-juin et annoncera début mai sa décision concernant les manifestations de l’été.

PORTUGAL

La Cinemateca Portuguesa a annoncé qu'elle renforcerait la programmation en ligne pendant la crise avec des films portugais, du contenu pour les jeunes et des essais sur le cinéma.

ROYAUME-UNI & IRLANDE

Cintia Gil, nouvelle directrice du Sheffield Doc Fest, précédemment directrice du Festival Indie Lisboa durant 8 ans, a annoncé que la prochaine édition, qui doit se dérouler du 4 au 9 juin, sera digitale pour une partie du festival, notamment en ce qui concerne son marché, le MeetMarket, le forum de pitchings et certains événements live tels que les panels ou les masterclass.

Le Festival international du film d’Édimbourg (17-28 juin) est reporté. Le festival n’avait jusqu’alors connu aucune interruption en 74 ans d’existence.

SUISSE

Le FIFF (Festival international du film de Fribourg) (20-28 mars) a pu maintenir sa 34e édition en ayant opté pour un format digital grâce au soutien de ses partenaires, entre autres la Loterie romande, mais aussi grâce au travail acharné de toute l’équipe du festival (160 personnes). Thierry Jobin, directeur du festival, précise qu’il est prévu qu’une partie du programme de cette « 34 ½ édition » du FIFF soit diffusée plus tard en salles, et que cette solution aura permis de limiter les pertes financières du festival à 100 000 CHF contre 300 000 CHF si celui-ci avait dû être annulé.

TURQUIE

Meetings on the Bridge, le volet professionnel du Festival du film d’Istanbul, a décidé de passer au numérique pour sa 15e année. Ce programme de formation, de coproduction et de réseautage offre aux cinéastes de Turquie et des pays voisins la possibilité de présenter leurs projets de films et leurs films en post-production à des professionnels internationaux.

LA VIDEO A LA DEMANDE FACE AU COVID-19

Selon le baromètre Comscore, la consommation de contenus en vidéo à la demande a connu une croissance de plus de 30 % en mars 2020. Sur les plateformes de vidéo à la demande par abonnement, la consommation a augmenté de 53 % sur la même période (et même de 116 % sur la dernière semaine de mars).

La crise sanitaire, une aubaine pour le piratage ?

Si les offres légales de vidéo à la demande semblent bénéficier des mesures de confinement, le piratage n’est pas en reste. Comme l’évoque TorrentFreak, le nombre de liens torrent téléchargés depuis le mois de mars est croissant (+ 33 %). Dans l’ensemble des territoires analysés, la consommation BitTorrent augmente dès lors que les premières mesures de confinement sont instaurées.

Peacock (NBCU) pré-lancée aux États-Unis

Alors que ses productions originales sont fortement impactées par la crise sanitaire, NBCUniversal a décidé de pré-lancer sa plateforme SVOD Peacock pour les clients de Comcast. La nouvelle plateforme, dont le lancement officiel est prévu le 15 juillet, propose quelque 15 000 heures de contenus (films, séries mais également programmes de flux). Trois offres sont proposées : une offre gratuite AVOD (7 500 heures de contenus avec publicité), une offre premium payante à 5 $ par mois (15 000 heures de contenus mais avec publicité) et une offre premium payante sans publicité pour 5 $ de plus.

Disney + : 8 millions d’abonnés en Inde ?

La semaine dernière, The Walt Disney Company révélait avoir d’ores et déjà atteint 50 millions d’abonnés pour sa plateforme Disney +, dont 8 millions en Inde.

Néanmoins, comme le souligne le Hollywood Reporter, ces millions d’abonnés dans le sous-continent indien sont à relativiser. Combien d’entre eux sont réellement de nouveaux abonnés et non des abonnés à Hotstar ? En effet, en rachetant 21st Century Fox en 2019, Disney + a également pris le contrôle de la plateforme indienne Hotstar, devenue depuis Hotstar Disney +. Un grand nombre des 8 millions d’abonnés à Disney + en Inde seraient ainsi des abonnés Hotstar.

Dans tous les cas, la nouvelle offre combinant le catalogue de Disney + et celui de Hotstar (qui par ailleurs diffuse les rencontres de cricket) permet à la nouvelle plateforme de s’installer comme un véritable challenger sur le marché de la SVOD en Inde.

Sony entre dans le capital de la plateforme chinoise Bilibili

Sony a annoncé entrer dans le capital de la plateforme FVOD chinoise Bilibili à hauteur de 400 M$ de dollars (5 % du capital de la plateforme). Avec quelque 130 millions d’utilisateurs revendiqués chaque mois, Bilibili est particulièrement populaire auprès des jeunes générations. Si Bilibili propose initialement des formats courts user-generated (« anime » notamment), la plateforme cherche aujourd’hui à développer son offre de longs formats et de documentaires.

Pluto TV poursuit son expansion

La plateforme de vidéo à la demande linéaire Pluto TV continue à s’étendre en s’implantant en Amérique latine. Le service de VIACOM CBS a lancé 24 chaînes linéaires et devrait atteindre 70 chaînes d’ici un an.

UniFrance
© crédit photo : Radar Films / SND


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici


Recevez nos alertes email gratuites

s'inscrire