Télévision

L’Alca Nouvelle Aquitaine sur le pont pendant la crise du Covid-19

Date de publication : 24/03/2020 - 21:03

L’Agence livre, cinéma et audiovisuel en région Nouvelle Aquitaine poursuit le processus de sélection des dossiers pendant le confinement.

Selon nos informations, le fonctionnement de l’Alca, l’Agence livre, cinéma et audiovisuel, qui centralise désormais la sélection des œuvres audiovisuelles et cinématographiques dans tous les genres (animation, documentaire, fiction) soutenues par la Nouvelle Aquitaine, s'inscrit dans une continuité de son action durant la crise sanitaire du coronavirus.
"Après échange avec la région, nous avons décidé de ne pas stopper le processus de sélection des projets", expliquait au Film français Emmanuel Feulié, directeur Cinéma/Audiovisuel de l’Alca Nouvelle Aquitaine, avant que ne soit envoyé aux responsables des fonds régionaux le courrier du SPI, dans lequel le syndicat en appelle à la continuité de leur activité, alors que le secteur de la production est quasiment à l’arrêt, avec le confinement.

Dans ce contexte, les auditions habituellement organisées avec les porteurs de projets sont "évidemment" annulées. "Il serait impossible d’avoir un échange fluide avec eux et des problèmes techniques pourraient poser des problèmes d’égalité de traitement", fait valoir Emmanuel Feulié. Souhaitant néanmoins préserver le principe d’interaction entre les porteurs de projets et les comités d’experts par genres, l’équipe qui gère le fonds de soutien transmettra aux premiers des questions émanant des seconds. Les porteurs de projets répondront par écrit ou par message vidéo. Ensuite, l’Alca et les experts se réuniront via Skype pour débattre de chacun des projets.

Emmanuel Feulié confirme en outre le principe d’un troisième dépôt pour l’année 2020. En revanche, à ce stade, subsiste une interrogation sur la date, initialement fixée au 20 avril. La décision de la décaler, ou pas, sera prise après concertation avec les professionnels.

Si l’Alca est en ordre de marche afin de poursuivre le travail de sélection des projets, c’est une autre étape que celle du vote des soutiens et de leur paiement, en revanche. A l’exception de deux régions (dont Pictanovo, dans les Hauts-de-France), ils sont arbitrés par les assemblées régionales, qui, actuellement ne peuvent pas se réunir. C’est là que les choses pourraient se compliquer, donc. D’autant que dans certaines régions très touchées par l’épidémie du coronavirus, telle Grand Est, l’urgence pourrait se situer ailleurs.

Emmanuelle Miquet
© crédit photo : DR


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici


Recevez nos alertes email gratuites

s'inscrire