Télévision

Annecy 2017 - Tiphaine de Raguenel : plus de séries produites grâce à l'accord avec la profession

Date de publication : 14/06/2017 - 08:45

En amont de la présentation de France Télévisions, premier diffuseur européen dans l'animation, la directrice des activités jeunesse du groupe et directrice exécutive de France 4 dévoile les grandes lignes de la saison à venir sur les antennes du groupe public.

Rendez-vous très couru du Mifa de par le poids de France Télévisions dans la série d'animation, la présentation du groupe public pour la saison 2017-2018 est attendue mercredi 14 juin à 18h45 en présence de Xavier Couture, le bras droit de Delphine Ernotte Cunci retenue à Paris en revanche.

Dans un entretien accordé au Film français daté du 9 juin (cf. n°3753), Tiphaine de Raguenel, directrice des activités jeunesse du groupe et directrice exécutive de France 4, a levé le voile, en avant-première, sur la saison 2017-2018, forte du bilan de celle qui se termine et qu'elle juge "très positif". Morceaux choisis.

En 2016, le diffuseur revendique avoir maintenu "un volume de diffusion très important sur l’ensemble des antennes du groupe – particulièrement France 4", soit "5 800 heures d’animation" au total, et "des audiences qui sont au rendez-vous. Chaque semaine, un enfant sur trois est devant les programmes jeunesse de France Télévisions". Sur le numérique, sa performance atteint "1,1 milliard de vidéos vues contre 708 millions en 2015, et un niveau record en avril, le mois des vacances de Pâques, avec 107 millions de vidéos vues, porté notamment par l’offre Zouzous (le label préscolaire du groupe qui, outre la plateforme dédiée, est diffusé sur France 5 le matin et France 4 à l’heure du déjeuner, Ndlr) totalement refondée, et le lancement plus récent de l’offre Ludo (le label des +6 ans, sur France 3 en matinée et France 4 en journée, Ndlr)".

Ce succès est en partie porté par France 4 dont la part d'audience "a gagné 40% sur les enfants" entre 2015 et 2016. Son hit "incontesté" ? Les as de la jungle, saison 2, qui n’en finit pas de progresser, de bon augure pour le long, présenté en séance événement à Annecy cette année.

Plus généralement, le diffuseur doit ses meilleurs scores aux "créations françaises, au cœur de [sa] stratégie" : pour l'offre Zouzous, Oui-Oui, Simon, qui ne va pas en rester là, Ernest et Célestine, la collection…, pour l'offre Ludo, Grizzy et les Lemmings...

La saison à venir "s’articulera autour de deux axes importants inscrits dans la stratégie globale de France Télévisions : le renforcement du soutien à la création d’animation" et "la poursuite du travail engagé sur le numérique, l’offre de programmes jeunesse étant aussi l’un des piliers éditoriaux de la nouvelle plateforme France.tv et de l’offre SVàD, qui sera lancée à la fin de l’année 2017".

Le diffuseur s'est fixé plusieurs priorités éditoriales pour ses programmes d'animation : "renforcer la comédie, notamment le cartoon, avec une saison 2 de Grizzy et les Lemmings" ou "dans un univers différent", Take it Easy Mike (78x7 minutes, TeamTO) pour Ludo, développer "l’action-aventure, et plus seulement par des acquisitions", mais aussi des productions et des développements qui devraient être annoncés à Annecy.
Parallèlement, il poursuit son travail "sur des offres distinctives pour le service public. Soit par des formes innovantes, tel l’hybride avec une saison 2 de 7 nains et moi, ou une nouvelle série sur la cuisine et le bien-manger, Mick, le mini chef." "Soit par le biais de thématiques culturelles peu traitées par les autres chaînes jeunesse, telles la musique" via Max & Maestro, la lecture avec Yetili saison 2…

Enfin, "les contenus spécifiques pour le numérique seront renforcés avec, par exemple, Super fastoche, une création originale produite par les Belges de Panique !". C'est l'un "des points importants" de l'accord récemment renouvelé entre France Télévisions et le syndicat des producteurs de films d'animation, qui "intègre désormais les séries produites pour le numérique".
Plus globalement, l'accord qui prévoit une hausse des investissements du groupe (29 M€ en 2016, stable à l'année précédente, puis 30 M€ annuels sur la période 2017-2018 et 32 M€ sur la période 2019-2020), "nous permettra de produire un peu plus de séries chaque année" et de "poursuivre notre travail en matière de création originale", observe Tiphaine de Raguenel.

Dans le registre du long où France Télévisions est présent via France 3 Cinéma, qui accompagne trois films par an, et désormais France 4 via quelques préachats, l’accord met l'accent sur les films familiaux "assez rares dans les projets qui nous sont actuellement proposés". "Nous continuerons à soutenir des films d’animation d’auteur mais, si on doit renforcer notre investissement dans le cinéma, ce serait prioritairement dans des films familiaux", souligne Tiphaine de Raguenel.

Quant à la création originale, versus l'adaptation, très répandue dans le secteur de l'animation et sujet de crispation il y a un an à Annecy, "notre objectif est qu’elle conserve une place importante dans notre investissement", soit près de 60% sur les 23 productions françaises (139 heures) financées par France Télévisions en 2016".

Emmanuelle Miquet
© crédit photo : Martin Colombet pour


L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Vous avez déjà un compte


Accès 24 heures

Pour lire cet article et accéder à tous les contenus du site durant 24 heures
cliquez ici